Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Réconciliation nationale / Selon un rapport de la société civile, 66,80% des Ivoiriens sont divisés
Publié le lundi 23 juillet 2012   |  L'intelligent d'Abidjan




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


L’Hôtel du District d’Abidjan a servi de cadre le jeudi 19 juillet 2012, au Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix (WANEP-CI) pour la présentation des résultats du sondage d’opinion sur la réconciliation nationale et sur la pratique de la gouvernance dans l’administration publique ivoirienne.

Le projet est dénommé : « La société civile engagée pour la démocratie et la bonne gouvernance ». Il a été réalisé en soutien avec le Fonds des Nations Unies pour la Démocratie (FNUD), qui l’a financé à hauteur de 250.000 dollars Us. C’est un opérateur ivoirien, en l’occurrence le SIVES (Service Ivoirien d’Etudes et de Sondages) qui a réalisé les travaux. Selon le rapport des recherches de cette structure statistique, dans l’ensemble de la population, 66,8% est d’avis que les Ivoiriens sont divisés. Cependant, 62,1% de la population est d’avis que la CDVR est capable de réconcilier les Ivoiriens, pour 43,6% qui estiment que la CDVR n’est pas neutre, dit le rapport. Quand 77% des fonctionnaires sont fiers de leur statut, là où, 84,5% des fonctionnaires qui ne sont pas satisfaits de leur statut justifient en majorité leur mécontentement par l’insuffisance de leur salaire. Pour Traoré Lassina, la méthodologie adoptée par son équipe ne prévoit qu’une marge d’erreur de 3%. Les études ont été réalisées sur un échantillon de 1000 personnes aussi bien pour la réconciliation nationale que pour la pratique de la gouvernance dans l’administration publique ivoirienne. Si les techniques adoptées répondent aux standards internationaux, elles ont consisté en cinq points : à savoir, l’élaboration des questions, la taille de l’échantillon, le mode d’administration du questionnaire, le plan du sondage et le traitement. Deux logiciels les ont guidés dans leurs travaux : ce sont, l’Epi-info (qui effectue les travaux sans erreur) et le SPSS (logiciel américain qui traite et analyse les données). Les travaux se sont effectués dans 18 communes reparties dans les cinq grandes régions géographiques de la Côte d’Ivoire. L’objectif d’une telle démarche vise, à en croire Traoré Lassina, à faire le distinguo entre l’opinion publique et l’opinion exprimée en public. Coulibaly Tiohozon, coordonnateur National Adjoint du WANEP-CI a souhaité que les résultats des travaux soient utilisés à bon escient. Consignés dans un document dont la large diffusion est souhaitée par le WANEP-CI, les travaux recommandent au gouvernement de renforcer le dialogue entre les acteurs politiques, notamment entre le pouvoir et l’opposition. A la CDVR, les résultats visent la création d’un cadre d’échanges entre les acteurs politiques et la CDVR, aux partis politiques, de s’impliquer dans le processus de la réconciliation et enfin à la population, de collaborer effectivement avec toutes les structures mises en place pour le processus de réconciliation, d’éviter la vengeance et la défiance des autorités.
A Dedi

LIENS PROMOTIONNELS