Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment


Accueil
News
Politique
Article



  Sondage

 Autres articles

Comment


Politique

Crise postélectorale : La CNE remet son rapport final au président Ouattara
Publié le jeudi 9 aout 2012  |  AIP




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Abidjan (AIP)- La Commission nationale d’enquête (CNE) sur la crise postélectorale a remis, mercredi, au président de la République, Alassane Ouattara, son rapport qui fait ressortir de violations massives des droits de l’homme et du droit humanitaire international.

La CNE avait été mise sur pied par le chef d'Etat ivoirien en juillet 2011, pour faire la lumière sur tous les évènements qui se sont déroulés dans le pays sur la période du 31 octobre 2010 au 15 mai 2011, temps qu’a duré la crise postélectorale.

Sur cette période, la commission, après avoir auditionné quelque "15.875 personnes dont plus de 13.000 victimes, a enregistré 3.248 cas de violations du droit à la vie", a révélé sa présidente, Paulette Badjo, précisant que ce chiffre reste en deçà de la réalité, au vu de l’ampleur des atrocités qui ont été commises.

La Commission nationale d’enquête a répertorié quelque 1.354 cas de tortures, 154 cas de viols, 265 disparitions, 460 séquestrations, 8.441 cas de violations de l’intégrité physique et plus de 2.400 cas d’exécutions sommaires, a ajouté Mme Badjo.

Ces violations, selon le rapport, seraient autant le fait des "forces pro-Gbagbo" que des "FRCI" et divers autres auteurs dont des chasseurs traditionnels, communément appelés "Dozos".

Le président Ouattara, après avoir reçu le rapport, a exprimé sa satisfaction sur les délais tenus, relevant toute l’importance que revêt cette cérémonie de remise.

"Le rapport était attendu de nous tous", a-t-il lancé au Palais de la présidence, au Plateau (Abidjan), tout en réitérant "sa ferme volonté" de lutter contre l’impunité.

Le chef de l’Etat a transmis le document, par la suite, au premier ministre, Garde des sceaux, ministre de la Justice, pour des suites judiciaires éventuelles à lui donner.

"Toutes les personnes qui ont posé des actes répréhensibles répondront devant la justice", a-t-il promis.

Le chef de l’Etat ivoirien s’est, par ailleurs, engagé à rendre public ce rapport, annonçant que toutes les personnes qui le souhaitent pourraient en prendre connaissance.
(AIP)
kg/kp

(AIP)

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires