Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment


Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L'intelligent d'Abidjan N° 2616 du 16/8/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Société

Nuit du destin 1433 / Le Cheikh Aboubacar Fofana aux musulmans : ‘‘La réconciliation est une œuvre de patience et un travail en profondeur’’
Publié le jeudi 16 aout 2012  |  L'intelligent d'Abidjan


Religion
© Abidjan.net par EMMA
Religion : Cérémonie officielle de la nuit du destin 2012
Mardi 14 aout 2012. Abidjan. la cérémonie officielle de la nuit du destin 2012 s`est déroulée dans la nuit du 14 au 15 Aout à la grande mosquée de la riviera golf de 21H a 00H en presence de plusieurs personnalités dont le ministre Ahmed Bakayoko( représentant le chef de l`Etat), les Ministres Gaoussou Touré ,Sanogo Mamadou, Ibrahima Ouattara.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La communauté musulmane de Côte d’Ivoire a célébré dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 août 2012 le méga Qadr 1433. A la mosquée de la Riviéra Golf de Cocody, le président du Conseil supérieur des Imams (Cosim), Cheikh Aboubacar Fofana, a, à cette occasion, appelé les musulmans à s’approprier l’hymne à la paix et à l’élévation spirituelle que véhicule la nuit de la destinée.

Nuit de dévotion à Allah, l’édition 1433 de la nuit du destin a été commémorée avec ferveur dans le district d’Abidjan. Les fidèles musulmans ont pris d’assaut mosquées et autres espaces publics érigés en lieu de prière et de prêches dans les différentes communes d’Abidjan pour célébrer cette nuit qui équivaut, selon les saintes écritures, à mille mois d’adoration. D’Abobo à Port-Bouet en passant par Treichville, Marcory, Koumassi, ou Yopougon, partout les cœurs étaient à la ferveur spirituelle.

Prêches en langues
nationales : l’innovation du Cosim à Cocody
A la grande mosquée de la Riviéra Golf à Cocody, la réconciliation a été au centre des festivités initiées par le Cosim. Notamment des prêches en quatre langues nationales (Guéré, Baoulé, Dida et Moré) et une conférence publique. En présence de certains membres du Gouvernement, notamment les ministres Hamed Bakayoko, représentant le Chef de l’Etat et Gaoussou Touré et d’éminents dignitaires musulmans dont l’Imam Al Kobéissi de la mosquée Al Gadir de Marcory et El Hadj Fama Touré, Coordonnateur du CNI, de l’Imam Koudouss, le président du Cosim, Cheikh Haima Aboubacar Fofana, par ailleurs vice-président de la Commission Dialogue-Vérité-Réconciliation (CDVR) a instruit les fidèles musulmans sur le sens de cette nuit. « La nuit du destin est une nuit d’hommages, de pardon et de miséricorde immense. Elle est un hymne à la paix et à l’élévation spirituelle », a-t-il apprécié. Avant d’exhorter les fidèles à s’améliorer dans la voie du bien afin de bénéficier du maximum des faveurs divines. Et ce, pour consolider le processus de réconciliation nationale. « Quand on sort d’une tragédie historique et humanitaire et que l’on se fixe l’objectif d’aller à la réconciliation dans la plénitude de son sens, à savoir de l’homme et son environnement, cette réconciliation devient une œuvre de patience et un travail en profondeur. Elle ne peut devenir réalité comme une génération spontanée par un coup de baguette magique. Il faut du temps pour l’incruster dans les esprits », a-t-il indiqué. Bien avant, dans sa communication sur le thème « le Ramadan, mois de solidarité et de spiritualité », l’Imam de la Riviéra 3 Aboubacar Samassi, a livré « les conditions objectives de la réconciliation et les moyens de la consolidation » dudit processus. « Le Seigneur nous engage dans la voie de la réconciliation et il a lui-même posé trois jalons. A savoir la repentance sincère, le pardon et la clémence et la justice. Les bourreaux doivent avoir l’humilité de se repentir et les victimes doivent pardonner. Mais le pardon se négocie avec intelligence et ne s’impose pas à eux. Quand les victimes n’arrivent pas à accéder au pardon, le Seigneur leur recommande la justice et non la vengeance. Mais, la justice doit être équitable pour protéger contre la récidive facile, l’anarchie et pour réconcilier les fautifs avec leurs consciences. Observés de façon intelligente et équitable, ces trois jalons vont nous permettre d’accéder à une réconciliation sincère et durable qui devra être consolidé pour que les démons du passé ne se déchaînent plus », a-t-il recommandé.

Prières et prêches à Abobo
A la mosquée sunnite d’Abobo-Anador, au moment de notre passage, les fidèles regroupés derrière l’Imam Zackaria Koné, Secrétaire général de l’Association des musulmans sunnites (Amsci), étaient à la prière. Au terme d’une tranche de prière, le guide sunnite a expliqué que cette mosquée abrite depuis la vingtième nuit, jusqu’à la dernière nuit des prières nocturnes. « Pour nous, la nuit de destin est à rechercher parmi les dix dernières nuits. C’est le sens de cette prière. Mais, à côté, nous animons des prêches pour livrer le message de pardon, de réconciliation dont recèle la nuit du destin. Cette nuit est une nuit d’absolution de nos pêchés. Nous voulons que Dieu nous pardonne mais aussi devrons être capables de pardonner. A travers l’invocation ‘’Allahouma anta salam’’, Dieu prescrit que ceux qui veulent Sa paix, doivent la rechercher et qu’il va la leur accorder. Et nous les Ivoiriens, qui recherchons la paix, ne pouvons qu’implorer la miséricorde d’Allah pour la réconciliation de tous les fils et de toutes les filles de notre beau pays », a-t-il déclaré. A quelques mètres, à Abobo-Banco, ce même message de pardon a été lancé par le Cheikh Bissiri Sanogo aux milliers de fidèles qui ont pris part aux festivités organisées par la Communauté musulmane du Banco (Comuba) pilotée par le Cheikh Mahamoud Sanogo (Ladji Soufi). « La sourate Qadr qui est dédiée à cette nuit spéciale, ne veut rien d’autre que la nuit de la paix, la nuit de la miséricorde de Dieu. En cette nuit qui vaut mille mois d’adoration, les bonnes œuvres montent vers Allah. Mais, toutes les bonnes œuvres ne sont pas acceptées. Parmi les œuvres rejetées, se trouvent celles des fidèles qui refusent le pardon, la paix et la réconciliation à leur prochain. Il importe de mettre à profit cette nuit pour sortir la haine de nos cœurs, pour laisser nos esprits habités par l’amour du prochain, l’humilité et la fraternité », a-t-il exhorté.

Yopougon parle aux pro-Ouattara et pro-Gbagbo
A la mosquée Masdjid Nour au carrefour Sorbonne de Yopougon-Ananeraie, le méga Qadr a été meublé de prêches et de prières. Dans sa communication, l’Imam Bakary Soualio Ouattara a appelé les acteurs politiques à se laisser guider par l’humilité afin d’éviter l’instrumentalisation et la division des populations. « Dans sa vie sur terre, le musulman recherche le paradis qui est la demeure de la paix. Dans notre pays qui a connu la guerre, il faut que chacun agisse en faveur de la paix et de la réconciliation. Le Coran nous y invite. La nuit du destin nous y appelle. Pour ce faire, de part et d’autre, il faut de l’humilité. La victoire doit être modeste et la défaite digne », a-t-il lancé. Avant d’appeler les hommes de foi à soutenir le projet de construction de mosquée moderne R+3 d’un coût de plus de 200 millions FCFA. Un projet actuellement bloqué au stade du chaînage. A ce jour, moins de 40 millions FCFA ont été mobilisés pour réaliser cet ouvrage.

M Tié Traoré

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires