Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 890 du 12/9/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Société

Année scolaire 2012-2013 / A cinq jours de la reprise des cours : Les libraires attendent encore les parents d’élèves
Publié le mercredi 12 septembre 2012  |  Le Mandat


Entrée
© Autre presse par DR
Entrée en 6è et Cepe : Le maire du Plateau, Akossi Bendjo apporte son soutien aux écoliers de sa commune
Mardi 6 juillet 2010. Abidjan, Plateau. Photo: le maire Akossi Bendjo visite un centre d`examen de sa commune


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

A quelques jours de la rentrée des classes, ce n’est pas la grande affluence dans les librairies d’Abidjan que nous avons pu visiter. Les raisons.
A cinq jours de la rentrée officielle des classes pour l’année scolaire 2012-2013, les parents d’élèves se font encore désirer dans les librairies et autres grandes surfaces de vente de manuels scolaires. Un tour dans un grand magasin spécialisé dans la vente des livres et cahiers dans la commune d’Adjamé, précisément dans les périmètres de la Mosquée, nous a permis de nous rendre compte de cette réalité. Hier, mardi 11 septembre, quand nous arrivions dans ce grand lieu de vente de fournitures scolaires et autres articles bien connu par les populations abidjanaises, notre constat est amer. Pas de bousculade. Malgré les 9 h qu’indiquait l’horloge centrale du magasin, les différents rayons, bien que garnis en livres, cahiers, bics, trousses, cartables de toutes catégories, n’affichaient pas l’ambiance de rentrée scolaire. Remarque faite également par Mlle A. Juliette, recrutée pour la circonstance et habillée dans son uniforme de travail. « Depuis ce matin, il n’y a aucun client. Les parents se font encore attendre, et cela n’est pas fait pour m’arranger », a-t-elle regretté.

La galère des commerçants

Des regrets que partagent Mme Saly, caissière dans un supermarché au marché de Koumassi. « A cette allure, on est tenté de se demander si les cours pourront effectivement commencer comme l’a souhaité le gouvernement », avant de garder néanmoins l’espoir d’un retournement de situation. « Les débuts ont été toujours timides», a-t-elle souligné. Cependant, son optimisme n’est pas partagé par un parent d’élèves qui a rétorqué immédiatement : « S’il n’y a pas l’affluence dans les librairies, c’est tout simplement parce que, nous, parents d’élèves, n’avons pas les moyens nécessaires pour assurer la scolarité de nos rejetons, avant de penser à payer leurs manuels scolaires. Puisqu’il faut bien commencer par là ». Condition qu’il ne faudrait pas battre en brèche. Comme l’ont aussi reconnu certains commerçants, « la timide fréquentation des bacs et autres étals est à mettre au compte des difficultés financières que vit l’ensemble des Ivoiriens ».

DEBORAH MANOU (Stg)

LIENS PROMOTIONNELS


Comment


 Commentaires