Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L'intelligent d'Abidjan N° 2648 du 24/9/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Politique

Noé / Affaire ‘‘Les 5 tués sont des chauffeurs de taxi’’ : Confusion entre télé d’Etat et le journal gouvernemental au Ghana
Publié le lundi 24 septembre 2012  |  L'intelligent d'Abidjan




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

L’attaque du poste frontière de Noé intervenue dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 septembre 2012, a été relatée par le quotidien progouvernemental ghanéen le ‘’Daily Graphic’’, dans sa publication du samedi. A la Une on lisait : ‘’Fighting erupts near Ghana-Côte d’Ivoire Border’’ (des combats surgissent près de la frontière Ghana-Côte d’Ivoire). Selon le reportage du journal qui cite des sources policières ghanéennes et des autorités ivoiriennes, ‘’des tirs à l’arme lourde entendus du côté ivoirien de la frontière près de la ville d’Elibu ont débouché sur la fermeture des points d’entrée (vendredi, ndlr). Nos reporters ont aussi indiqué que cinq chauffeurs de taxi opérant de part et d’autre de la frontière ont été tués’’. Et l’article de poursuivre que des policiers et militaires ghanéens ont été déployés dès l’instant pour parer à toute éventualité. Les autorités ivoiriennes accusent des individus venus du Ghana qui se sont par la suite repliés dans ce pays. Là-dessus, le journal qui cite une source sécuritaire ghanéenne à la frontière, fait savoir que ce jour-là, environ 150 Ghanéens vivant en Côte d’Ivoire ont regagné leur pays en empruntant des canoës. ‘’Il a été dit que les gens commis à la sécurité étaient en état d’alerte pour s’assurer que tous ceux qui rentraient ainsi dans leur pays étaient effectivement des Ghanéens’’, mentionne le reportage.

Comme conséquence immédiate de la fermeture de la frontière, le reporter de Daily Graphic relève que plusieurs véhicules et des milliers de voyageurs généralement des gens qui font des affaires entre les deux pays ont été abandonnés à leur sort le long de la frontière.Cependant cette version a été démentie selon le site Connectionivoirienne par une reporter de la télé d’Etat GBC qui indique que ce ne sont pas des chauffeurs qui ont été tués. Selon un vice-ministre ghanéen cité par l’Afp, samedi le Ghana a déclaré ceci : « Nous n’avons aucune indication sur la raison de cette décision et nous voulons d’abord évaluer la situation ». Ces propos ont été attribués par l’Afp à Kebby Achegmpong , vice-ministre ghanéen. Par la suite, des sources officieuses ont fait état de la collaboration des autorités ghanéennes qui auraient procédé à des arrestations. Mais dans l’ensemble et dans l’attente des réactions dans les médias ghanéens, Accra semble jouer profil bas et refuser le jeu de l’escalade diplomatique.

SD à Accra

LIENS PROMOTIONNELS


Comment


 Commentaires