Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Premier grand procès de la crise ivoirienne: un militaire avoue avoir tué
Publié le mercredi 3 octobre 2012  |  AFP


Crise
© Getty Images
Crise post electorale : procès du général Bruno Dogbo Blé
Mardi 2 octobre 2012. Abidjan. Plateau. Le général Bruno Dogbo Blé , ancien commandant de la Garde républicaine sous le régime de l`ancien président Laurent Gbagbo, est escorté jusqu`à son procès.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN, 03 oct 2012 (AFP) - Un militaire fidèle à l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a avoué mercredi à Abidjan avoir tué un officier à la retraite lors du premier grand procès lié à la crise de 2010-2011, une affaire impliquant un ex-homme fort du régime Gbagbo.

Ancien chef de la Garde républicaine, le général Brunot Dogbo Blé, un autre officier et trois sous-officiers, en tenue civile, comparaissent depuis mardi pour enlèvement, séquestration, assassinat, ou complicité d`enlèvement et d`assassinat du colonel-major à la retraite Adama Dosso, tué en mars 2011.

Deux autres inculpés sont en fuite.
Le sergent Jean Noël Lago Léo a mercredi demandé d`emblée "pardon" à la
famille du défunt et a avoué avoir tué la victime en lui tirant dessus à la
kalachnikov. L`exécution a eu lieu vers un village proche d`Abidjan, a-t-il
raconté.

Le colonel-major avait été arrêté alors qu`il sortait du Golf Hôtel, à l`époque quartier général du président élu Alassane Ouattara - dont il était proche - dans son bras-de-fer avec le chef de l`Etat sortant Laurent Gbagbo, qui refusait de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010. La crise, conclue en avril 2011, a fait quelque 3.000 morts.

Le premier accusé entendu, le sergent Noël Toualy, a reconnu avoir arrêté
le gradé à un barrage situé près du "Golf" et affirmé l`avoir conduit jusqu`à
certains de ses supérieurs.

L`audience, au palais de justice du Plateau (centre) placé sous bonne garde, avait commencé par le rejet par le tribunal des exceptions en annulation introduites à l`ouverture du procès par la défense, qui reproche au procureur militaire d`avoir endossé une instruction menée par un magistrat civil.
Interrompu en fin de journée, le procès doit reprendre jeudi.

Au total, selon le parquet militaire, une quarantaine de militaires pro-Gbagbo doivent être jugés dans une série de procès, notamment pour meurtres.
Le général Dogbo Blé est inculpé de génocide et d`autres crimes commis
durant la crise post-électorale.

Ex-chefs rebelles consacrés

Il est aussi, avec deux autres officiers, inculpé de complicité d`assassinat du général Robert Gueï, ex-chef de la junte tué le 19 septembre 2002, jour d`un coup d`Etat raté contre M. Gbagbo qui a été suivi de la prise du nord du pays par une rébellion.

L`ex-chef de la sécurité rapprochée de l`ancienne Première dame Simone Gbagbo, le commandant Anselme Séka Yapo, dit "Séka Séka", a été inculpé de l`assassinat du général Gueï.

Ce premier grand procès survient dans un climat de tension inédit depuis la fin de la crise, après une vague d`attaques meurtrières contre l`armée depuis août. Imputées par le pouvoir à des partisans de l`ex-président, ce que le camp Gbagbo récuse, elles ont été suivies d`arrestations de figures de l`opposition.

Le porte-parole en exil de l`ex-président, Justin Koné Katinan, a été arrêté au Ghana, où il est visé par une procédure d`extradition.

Le régime Ouattara est régulièrement accusé ou soupçonné de pratiquer une
"justice des vainqueurs": aucune figure de son camp n`a été pour l`instant
inquiétée pour des crimes commis durant la crise.

A l`inverse, les principales figures de l`ex-rébellion qui ont contribué à sa victoire militaire sont devenues des cadres de l`armée. Nouvelle consécration: trois ex-chefs rebelles viennent d`être nommés préfets dans des régions sensibles.

Soupçonné par la Cour pénale internationale (CPI) d`être "coauteur indirect" de crimes contre l`humanité, Laurent Gbagbo, arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan, est détenu depuis fin 2011 à La Haye.

Une vingtaine de personnalités de l`ancien régime, dont Mme Gbagbo, et des
dizaines d`autres personnes de leur bord sont détenues en Côte d`Ivoire.
ck-tmo/jlb



Articles associés

AFP
Aveux de militaires au premier grand procès de la crise ivoirienne de 2011
 

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment