Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 920 du 17/10/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Santé

Assurance maladie /Mesures coercitives contre les séropositifs :N’Dri Yoman appelle à la modération
Publié le mercredi 17 octobre 2012  |  Le Mandat


Genève/
© Ministères par DR
Genève/ 65ème Assemblée Mondiale de la Santé : La ministre N’Dri Yoman préside les travaux autour du thème central "vers la couverture universelle"
Mercredi 23 mai 2012.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Une délégation de l’organisation ouest-africaine de la Santé (OOAS) conduite par le député Yaya Haïdara, du parlement de la Cedeao, était l’hôte du ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida, Pr N’Dri Yoman Thérèse. Elle est, selon le chef de cette délégation, venue lui soumettre l’analyse d’un nouveau texte qui doit être pris sur le VIH/Sida. Ce, après leur passage au Benin et au Nigéria. C’était, hier mardi 16 octobre à son cabinet. Initiateurs de ce texte, les responsables de l’OOAS ont soutenu, à leur sortie d’audience, « être venus présenter le texte qui est à l’étape finale ». Un texte pour lequel, Mme la ministre a émis des réserves. Puisque, dans celui-ci, dans son article 4, il est mentionné que « tout employeur du public, du privé ou mixte octroie l’assurance maladie à ses employés ». Par ailleurs, une autre disposition dit que « toute personne se sachant séropositive et qui entretient des rapports avec son conjoint ou sa conjointe dans le but de l’infecter doit être sanctionnée ». Mme N’Dri Yoman a estimé que cette disposition était trop forte. « Nous sommes en Afrique et avec nos coutumes, nous devons procéder avec modération », a-t-elle soutenu. Tout en proposant d’aller vers une assurance sans condition. Parce que pour elle, « ce serait une discrimination en conditionnant l’assurance au statut du VIH. Selon elle, le VIH/Sida est une maladie difficile à assumer par le malade. Pour ce fait, elle a dit que « cette tâche revient aux médecins », avant de souhaiter que, « l’on ne prenne pas les lois qui vont exposer les malades ». Raison pour laquelle, elle a proposé que l’on donne un délai aux malades pour pouvoir annoncer leur statut sérologique à leur conjoint ou à leur conjointe.
J. CESAR

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment