Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Interview/ Dr. Dion Yodé Simplice (Pdt Recapdci) :« Ce que les cadres du Pdci vont proposer au congrès »
Publié le lundi 22 octobre 2012  |  Le Democrate




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Quelques jours après leur séminaire organisé à Abidjan, nous avons rencontré le Dr Simplice Dion Yodé, président du Réseau des cadres du Pdci-Rda (Recapdci). Il dresse le bilan de leurs assises et présente les perspectives de cette organisation politique. Entretien.
Les 5 et 6 octobre derniers, le Réseau des cadres du Pdci que vous dirigez, a organisé un séminaire à Abidjan. A quoi répondait-il ?

Avant tout propos, je voudrais, au nom des cadres du Pdci-Rda, saluer le journal « Le Démocrate », ce grand journal cher au cœur des militants du Pdci. Merci parce que vous n’hésitez pas à donner au RecaPdci, l’opportunité de communiquer sur sa mission et ses activités. Aujourd’hui, je peux vous dire que le Réseau est en marche. Preuve en est que les 05 et 06 octobre derniers, nous avons organisé à l’hôtel Belle Côte, un séminaire sur un thème d’une importance vitale : « Identification des militants du Pdci-Rda: enjeux et stratégies ». Les travaux se sont déroulés sous la direction scientifique du Pr. Célestin Atsé Boua et sous la supervision du Pr. Joséphine Guidy Wandja, Pr des universités en Mathématiques, dont la notoriété est mondiale. Cette rencontre a vu la participation effective de 150 séminaristes, dont des élus, des délégués et des secrétaires de section. Nous nous sommes réunis pour répondre à deux questions majeures : d’une part, pourquoi identifier les militants du Pdci ? Et, d’autre part, comment les identifier, c’est-à-dire, selon quel mode opératoire ? L’objectif général visé est de contribuer à la maîtrise et à la gestion des ressources humaines du Pdci en vue d’une utilisation plus rationnelle et plus efficiente dans le combat politique. Un parti moderne, est un parti qui sait qui sont ses militants, où ils sont, ce qu’ils font dans la vie de tous les jours et comment les contacter.


Pensez vous que ces assises étaient nécessaires au moment où il est plutôt question des préparatifs du 12ème congrès du Pdci-Rda?

Pourquoi allons-nous à un Congrès ? Je ne crois pas que ce soit simplement pour choisir de nouveaux dirigeants. Dans ce cas, on transformerait ce congrès en une gigantesque foire d’empoigne qui conduirait le parti vers les chemins de l’incertitude. Nous allons à ce congrès pour une redynamisation et une modernisation de l’appareil. Ce sont des idées qui vont à un congrès, pas les sordides ambitions, ni les muscles. Le Recapdci travaille à proposer des idées novatrices et constructrices parce que, comme le dit bien Hegel, ce sont les idées qui mènent le monde. C’est exactement ce que nous a dit le ministre Emmanuel Niamien N’goran, lorsqu’il a reçu le Recapdci, quelques jours avant le séminaire. En tant que président du Comité chargé de préparer le congrès, il nous a clairement dit qu’il comptait sur le Réseau pour faire des propositions à même d’impulser une dynamique nouvelle au Pdci-Rda. Le Recapdci ne discute, ni des gens, ni des évènements. Il discute les idées.
Quelles ont été les principales résolutions et recommandations du de ce séminaire ?


Souffrez que je n’en dise pas trop sur cette question, puisque nous réservons la primeur de nos propositions et recommandations à la haute direction du Parti. Toutefois, il est bon de savoir que nous avons arrêté l’idée qu’il est temps pour le Pdci de déterminer son poids démographique réel sur le terrain. Une fois que ce travail de recensement sera fait, et qu’un fichier numérique bien renseigné sera disponible, le parti sera mieux outillé pour développer des programmes de recrutement de nouveaux militants et de reconquête des zones où nous battons de l’aile. Ce fichier fiable et régulièrement mis à jour, donnera aussi à la direction du parti, une idée des compétences et expertises dont regorge notre famille politique. L’identification va aussi résoudre l’épineuse question de la communication et de la mobilisation de nos militants. Le séminaire propose la création d’une structure chargée de l’adhésion, de l’identification et de l’encadrement des nouveaux militants, avec remise de kits d’accueil à l’inscription. En somme, ce séminaire nous a permis de comprendre que les cadres du Pdci rêvent d’un parti nouveau, dynamique et compétitif, un parti national et majoritaire. J’ajouterai enfin, que l’un des moments forts de ce séminaire, était la motion de soutien et de remerciement au Président Henri Konan Bédié.


Maintenant que ce séminaire est terminé ; quelles sont les prochaines actions du Recapdci, à court, moyen et long terme ?

Nous avons mis en place une matrice d’actions qui court sur trois années, donc, jusqu’en 2015. Des actions et des activités ont été clairement identifiées et agendées. Pour le court terme, c’est-à-dire pour les semaines à venir, nous projetons, avec l’appui de la haute direction du parti, organiser la restitution des actes du séminaire aux délégués et secrétaires de section. Ce sont eux, les animateurs du parti et il importe qu’ils soient imprégnés et convaincus de la nécessité de l’opération d’identification de nos militants. Ils en sont, en réalité, les premiers bénéficiaires.
A moyen terme, nous envisageons la rentrée solennelle de l’Université des cadres militants (UCM). Cette université va assurer la formation et l’encadrement politiques du Cadre Pdci. Cela va démarrer dans le courant du mois de décembre, avec un séminaire de formation en matière d’élection et de marketing politique. Des modules très intéressants ont été répertoriés et des formateurs de renommée ont été contactés. Et Dieu seul sait qu’il en existe une myriade au Pdci. A long terme, enfin, nous investirons tout le territoire pour installer les coordinations régionales et les cellules départementales. Je suis heureux de constater que du côté des Etats-Unis et de la Belgique, les choses bougent positivement. Le Réseau est en marche car nous voulons faire les choses de manière nouvelle. Avec le Recapdci, la différence se trouve dans le discours et dans la méthode.


Avez-vous le sentiment que les cadres de votre parti dans leur ensemble, adhèrent à l’esprit du Réseau, ou avez-vous plutôt l’impression que certains sont dans une dynamique de boycott et de sabotage de votre organisation ?

De par ma formation, je suis un historien des idées politiques. J’ai appris ceci : il n’y a pas de héros dans un monde sans monstres, sans adversités et sans persécutions. Le mal révèle la force et la valeur du bien. Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort. Oui, les choses ne sont jamais faciles au départ. Aucun accouchement n’est aisé et ce qui est gros d’espoir et d’avenir effraie toujours. Oui, la politique n’est pas un long fleuve tranquille. Un réseau de cadres qui voit le jour au Pdci, cela ne laisse pas indifférent. Certains se disent : « Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Qui les manipule ? Qui est derrière eux ? » D’autres murmurent : « Croient-ils pouvoir réussir là où nous avons eu moins de réussite ? » D’autres encore veulent voir dans le Recapdci une branche dissidente de la Jpdci. Rien de tout cela. Nous sommes des cadres du Pdci, âgés de 25 ans et plus, déterminés à œuvrer pour un Pdci-Rda nouveau, un Pdci-Rda d’avenir. Je me réjouis de la qualité des cadres qui sont au Réseau. Je suis entouré d’hommes et de femmes qui ont la tête bien faite et le cœur pur. J’ai l’habitude de dire à mes amis du Recapdci que je les considère comme des Fils et Filles de la Lumière Divine dont le Pdci a besoin pour rayonner sur la Côte d’Ivoire et sur l’Afrique. Les sabotages et les médisances, il y en aura tant que les hommes seront ce qu’ils sont. Saint Exupéry a dit que l’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle. Nous franchirons tous les obstacles, les murs de méfiance s’écrouleront et la lumière des « Justes brillera sur le Pdci-Rda, le parti de notre cœur.


Quelle part le Réseau entend prendre au prochain congrès ?

En Afrique, il est indiqué pour le non initié de prendre la part de natte que veulent bien lui céder les aînés. Le Recapdci prendra la place que le Président Bédié et le comité de pilotage du Congrès voudront bien lui accorder. Si nous y sommes en tant qu’observateurs et/ou personnes ressources, ce sera déjà un grand pas. Nous voulons servir notre parti. Dans tous les cas, au début de l’année 2013, soit quelques mois avant le congrès, le Recapdci convoquera une convention extraordinaire des cadres du Pdci dont l’objet sera d’élaborer un Dsrp, document stratégique de redynamisation du parti. Ce document sera notre contribution aux travaux du Congrès, dont nous attendons beaucoup. Ce document sera remis à la Commission chargée de préparer ce rendez-vous important.

Quelle place revendique le Recapdci au sein du parti ?

Le Recapdci ne revendique rien au sein du parti. Ou plutôt, s’il revendique quelque chose, c’est sa part de parole pour proposer et agir pour la plus grande gloire du Pdci-Rda. Le Réseau est un creuset de compétences à la disposition du parti. C’est un espace de réflexion et d’actions politiques au service du seul Pdci-Rda. Au Pdci, il semble que tout se joue en termes de "places". Au Recapdci, nous voulons que les choses se jouent en termes d’idées. Chaque jour, je m’efforce de faire comprendre à mes amis que ce sont nos idées qui se chargeront de nous trouver de la place, là où nous sommes. Un sage chinois a dit : « Celui qui veut briller n’éclaire pas longtemps ». Le Recapdci ne cherche pas à briller parce qu’il veut contribuer à éclairer le plus longtemps possible la marche victorieuse du Parti d’Houphouët-Boigny et de Henri Konan BEDIE. Merci encore une fois au journal « Le Démocrate ». Le combat pour un Pdci fort et premier est notre combat à tous. Merci de jouer votre partition.


Interview réalisée par Gisèle Tienfô

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment