Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L'intelligent d'Abidjan N° 2675 du 25/10/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Politique

Justice ghanéenne / Koné Katinan libre : Le juge évoque une absence de preuves
Publié le jeudi 25 octobre 2012  |  L'intelligent d'Abidjan


Justin
© Autre presse
Justin Koné Katinan


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La justice ghanéenne a décidé de remettre en liberté, le mercredi 24 octobre 2012, à la mi-journée, l'ancien ministre du Budget du gouvernement Aké N’gbo, Justin Koné Katinan. Poursuivi par les autorités ivoiriennes pour deux chefs d’accusation, «crimes de sang» et «crimes économiques», une cour d'Accra a débouté la partie plaignante dans l'affaire des "crimes de sang" pour absence de preuves. «Donnez-moi la loi selon laquelle la République du Ghana peut engager une action contre quelqu'un qui a commis un crime en dehors du Ghana (…) Au mieux, (la Côte d'Ivoire) peut demander l'extradition de l'accusé pour le juger là-bas.

On ne peut pas accuser quelqu'un de meurtre et puis mettre autant de temps et de difficultés à apporter les preuves (…) à partir du moment où vous accusez, les preuves devraient être disponibles. Accusé, vous êtes libre», a déclaré le juge Ali Baba Bature, Juge ghanéen dans l’affaire Katinan. A cela, le Substitut du Procureur a répondu qu’Interpol Ghana a reçu un document d’Interpol Côte d’Ivoire en guise de preuve. Mais précise t-il, le document est insuffisant et il attend d’autres informations complémentaires ainsi que des clarifications sur le document. Concernant la seconde affaire, «crimes économiques», une autre cour locale a reporté au 7 novembre, l'examen du dossier des "crimes économiques". En attendant cet autre rendez-vous judiciaire, Koné Katinan a été autorisé par le juge à regagner son domicile, libre de tout mouvement. En effet, en l’absence du juge qui devait se prononcer sur les accusations de crimes économiques à Osu Court, ce second procès va connaître peut-être son épilogue d’ici deux semaines. C’est le greffier de ce tribunal qui l’a signifié au porte-parole de Laurent Gbagbo et à son Conseil. Mais étant donné que dans la continuité de cette procédure, Justin Koné Katinan bénéficiait déjà d’une liberté provisoire, c’est en homme libre que celui-ci a embarqué à bord du véhicule de son avocat pour rentrer chez lui accompagné de nombreux ‘’patriotes’’ en exil qui avaient effectué le déplacement. Lucie Bourthoumieux, avocat-Conseil de Justin Koné Katinan, s’est quant à elle prononcée sur la polémique de la libération sous caution ou non de son client: «Le porte-parole du Président Laurent Gbagbo a été simplement et purement relaxé par le juge au sujet des allégations de M. Alassane Ouattara de crime, de meurtre à l'encontre de Koné Katinan. En effet, le juge a estimé qu’Alassane Ouattara n'a, en trois semaines, pu apporter la moindre preuve au soutien de ses allégations. Concernant la procédure pour crimes économiques en cours devant laquelle le ministre Koné Katinan bénéficie depuis le 25 septembre dernier d'une liberté sous caution, celle-ci a été renvoyée le 7 novembre». On peut le dire, l’épisode 12 de l’affaire Koné Katinan s’est achevé sur une note d’espoir pour les pro-Gbagbo. Vivement l’épisode 13 pour situer définitivement les uns et les autres sur l’extradition ou non du ‘’Gbagbo’s boy’’.

A. Dedi

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment