Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Crise à l`ex-Trituraf de Bouaké / Le ministre Joël N`Guessan (porte-parole principal du RDR): "Le Président Alassane Ouattara et le Rdr ne peuvent rester indifférents face au drame des travailleurs"
Publié le mardi 27 novembre 2012  |  Le Banco


Crise
© Autre presse par DR
Crise à l`ex-Trituraf de Bouaké / Le ministre Joël N`Guessan (porte-parole principal du RDR) reçoit les parties


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le siège du Rdr à Cocody-Danga a servi hier ce mardi 27 novembre à une audience qu'a accordée le porte-parole principal du Rassemblement Des Républicains (Rdr, pouvoir) à une délégation de travailleurs de l'ex-Trituraf de Bouaké qu'accompagnait les représentants de la chefferie traditionnelle et du grand imam de Bouaké, Nanan Akouè N'goran et El hadj Savané Ibrahima. Plantant le décor, Hyacinthe Béda, délégué du personnel et porte-parole principal des travailleurs, a dit au porte-parole du Rdr que « les nouvelles ne sont pas bonnes ». Solange Kouhon Sizon s'est chargée de les donner en détail à M. N'guessan qui a pris un soin à la suivre. Lorsque la porte-parole clos son propos, le cadre de Bouaké, porte-parole principal du parti au pouvoir ne peut s'empêcher de reconnaître que « les nouvelles ne sont vraiment pas bonnes ». Le scanner de l'ex-Trituraf a selon les explications des travailleurs révélé des mois de chômage interminables pour les travailleurs, un repreneur sans surface financière conséquente, une grande corruption autour de ce dossier et surtout la mort de 25 travailleurs qui n'ont pu percevoir leur part du 1,800 millions de FCFA. Au nom des travailleurs, Solange Kouhon a interpellé les ministres Moussa Dosso et Gaoussou Touré. Elle a mis à l'index les risques de santé qui découlent de la consommation des huiles frelatées en vente sur le marché national, le délaissement de la cotonculture par les producteurs et le manque d'emploi pour les jeunes alors que cette unité industrielle pouvait être une solution à la réinsertion des ex-combattants de Bouaké. L'impact du prix élevé de la volaille a été expliqué au Ministre Joël N'guessan. Du fait de la fermeture de l'ex-Trituraf, l'aliment volaille qu'elle fabriquait ne l'est plus. Les aviculteurs sont obligés de s'en procurer au Mali et au Burkina Faso, toute chose qui produit un surcoût sur le prix de cession aux consommateurs. La réouverture de Trituraf sera donc de l'avis de la délégation des travailleurs, un début de solution à la cherté de la vie sur le volet de la commercialisation des volailles. Face à cet enjeu capital pour son parti, le porte-parole principal du Rdr a salué l'initiative des travailleurs et l'implication de la chefferie traditionnelle et du grand imam de Bouaké, El hadj Savané. Pour Joël N'guessan, « le Président Alassane Ouattara est très sensible à la question de l'emploi, nous, au Rdr, ne pouvons admettre que ces outils disparaissent ». « Le Rdr et le Président Alassane Ouattara ne peuvent rester indifférent devant le drame que vivent les travailleurs de l'ex-Trituraf », a-t-il insisté avant de préciser que « le Président Alassane Ouattara fait de l'emploi une de ses priorités ». Aussi, a-t-il souligné que « c'est un cri de cour que nous ont lancé les travailleurs et nos parents, nous allons saisir cet appel ». Les représentants de la chefferie traditionnelle de Bouaké et du grand imam ont quant à eux, affirmés qu'il faudrait rétrocéder l'ex-Trituraf à un repreneur capable de redonner espoir aux travailleurs et à Bouaké. Le porte-parole principal a rassuré la délégation que « ce dossier ne restera pas dans un tiroir ».

Adam's Régis Souaga

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment