Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Économie

Campagne pernicieuse contre le palmier à huile : Les acteurs contre-attaquent
Publié le mercredi 5 decembre 2012  |  LG Infos


Le
© Le Nouveau Consommateur Hebdo par DR
Le palmier à huile


 Vos outils




La filière du palmier à huile dans le monde est en proie à des attaques tous azimuts. C’est ce qui ressort de la conférence de presse organisée hier mardi 4 décembre, à Abidjan, par l’Association interprofessionnel du palmier à huile (Aiph). Au dire de Logossina Kamara, président de l’Aiph, le palmier à huile est au cœur d’une tourmente. Plusieurs grosses firmes travaillent pour la voir à la traine. Selon le président de l’Aiph, la percée fulgurante de l’huile de palme sur le marché mondiale, lui vaut depuis quelques années, une campagne de dénigrement. On lui reproche de détruire la forêt, d’être nocive à la santé. Certains vont plus loin en indiquant sur leur produit une étiquète sur laquelle il est marqué «garantie sans huile de palme». Toute chose que refuse l’Aiph. Pour étayer ses propos, Pr. Nemlin Gnopo du Centre national de recherche agricole (Cnra), a démontré que l’huile de palme n’a aucune influence sur les maladies cardiaux vasculaires puisque composée de graisses d’origine végétale, bonne pour la santé humaine. Pr. Konan Eugène, maître chercheur au Cnra n’a pas dit autre chose. Pour lui, l’huile de palme est bonne pour la santé surtout qu’elle est composée de vitamine E, de lipide, de glucide et autres éléments importants à l’organisme. Pr. Konan précisera que la Côte d’Ivoire qui livre 25% de sa production à la sous-région possède une huile de très bonne qualité qui retarde même la progression du cancer dans le corps. Pourtant, elle est aujourd’hui une huile très courante. Première production mondiale, devant l’huile de Soja, elle est commercialisée sous forme d’huile native de couleur rouge ou d’huile raffinée, blanchie ou désodorisée. En Côte d’Ivoire, l’activité prend en compte plus de 2 000 000 de personnes, soit 10% de la population ivoirienne. Le chiffre d’affaire de la filière est estimé à plus de 400 milliards de Fcfa. S’agissant de l’action en justice, Me Chauveau, lui, a soutenu que très bientôt, les résultats des actions menées sur le plan judiciaire en France vont porter leurs fruits. Notons qu’au mois de juin 2013, Abidjan abritera le 1er congrès africain sur l’huile de palme. Une occasion de faire le bilan et tracer les perspectives de la filière.
Paterne Ougueye Yves

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment