Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 962 du 10/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Enquête express /Elections locales 2013 / Adjamé, Abobo, Anyama… : le RDR vers la déchirure... Sept (07) clans s’affrontent… Les Secrétaires de section sur le pied de guerre
Publié le mardi 11 decembre 2012  |  Le Mandat




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

A l’approche des élections municipales de février 2013, le choix des têtes de liste RDR s’annonce douloureux dans plusieurs communes reconnues comme des bastions du parti au pouvoir. Une situation qui risque de faire couler la case des républicains… Notre enquête.

G.O est un indécrottable partisan de Toungara. Secrétaire de section dans un sous quartier d’Abobo, il est prêt à croiser le fer avec tous ceux qui oseront vilipender le maire sortant, s’il est, bien entendu, retenu comme la tête de liste par la direction du Rassemblement des républicains (RDR). Tout simplement, « parce qu’il est le candidat naturel », dit-il. La raison ? G.O soutient que l’époux de l’honorable Ami Toungara a une « double légitimité » pour rempiler après ses 12 années de gestion municipale. « D’abord, en tant que le secrétaire Départemental du RDR à Abobo. Mais en plus, il est le maire sortant », argument-il, sans vouloir polémiquer sur son ‘’rendement’’ de plus d’une décennie. « Je suis prêt à voter Toungara à nouveau, appuie-t-il, même si certains prétendent qu’ils n’a rien fait à Abobo ; pourvu qu’il soit le choix final ». Embouchant la même trompette, T.S., un autre Secrétaire de section, estime qu’ «aucun candidat aux élections municipales ne peut mieux faire que Toungara ». Car, selon lui, bien de communes en Côte d’Ivoire sont inégalables à celle de son champion en matière d’infrastructures. « Ce sont ces détracteurs qui mènent des campagnes de dénigrement pour ne pas qu’il soit réélu. Tout en faisant croire qu’il n’a rien réalisé alors qu'Abobo n’est pas la commune la plus mal lotie dans notre pays », regrette T.S.

En clair, cela signifie que la candidature d’Adama Toungara pour l’échéance de février 2013 ne fait pas l’unanimité à Bagdad City. Si bien que plusieurs clans sont en gestation dans les écuries pour faire mordre la poussière à l’un ou à l’autre des prétendants. A preuve, des Secrétaires de section du même parti de la même commune, auraient encouragé le 1er adjoint au maire, Méité Lassana, à être candidat afin de barrer la route au N°1 sortant. « Nous avons obligé Méité Lassana à être candidat aux élections municipales. C’est un homme bien et disponible », reconnait K. Mariam, membre RFR d’Abobo. Dans le fief de celui-ci, à Abobo-habitat (un QG bien garni dénommé Club des amis de Méité Lassana ou C.A.ME.L), ses partisans chantent à tue-tête qu’il sera le prochain maire d’Abobo. Mais en attendant, ils ne veulent pas entendre parler de Toungara.

Des clans s’empoignent…

En témoigne la conférence de presse animée le mardi 04 décembre, dernier, à Abobo-té pour approuver le choix Méité Lassana et récuser Adama Toungara. S’il ne contexte pas sa compétence au sommet de l’Etat, néanmoins, il redoute la capacité de Toungara à gérer Abobo en tant que maire. « Nous savons qu’il est compétent. C’est un technocrate. C’est pourquoi le président Ouattara lui a fait confiance en le nommant ministre des Mines, de l’Energie et du Pétrole. Mais, pour ce qui est de la gestion de la commune d’Abobo, depuis l’an 2001, il a fait ce qu’il pouvait faire. Et, nous constatons, aujourd’hui, que son manteau est très grand pour supporter Abobo. Il doit laisser la place à d’autres cadres chevronnés du parti qui en ont la carrure », s’est justifié Seydou Diomandé, Secrétaire de section RDR de PK 18. Selon lui, plusieurs Secrétaires de section RDR, RFR, RJR et autres structures spécialisées ont opté pour Méité Lassana parce qu’il est plus proche de la population et aurait ‘’une main généreuse’’. « Nous voulons un maire résident qui vit au quotidien nos réalités. En 10 ans, Toungara n’a jamais eu le temps de se rapprocher de la population d’Abobo. Il est super-ministre des Mines, de l’Energie et du Pétrole, Député, Secrétaire Départemental du RDR. Avec toutes ces charges, quel temps aura-t-il pour venir au contact de la population s’il est réélu ?», s’est-il interrogé.

Un point de vue partagé par un jeune étudiant, membre de la jeunesse du RDR d’Abobo. « Le maire sortant vit dans le luxe depuis plus de 10 ans. Il y a plusieurs quartiers à Abobo où il n’a jamais mis les pieds pour constater de visu comment ses administrés vivent dans l’indigence. Il préfère louer des appartements à coût de millions en restant loin de nos difficultés », déplore Topka Vincent. Pour ce fanatique de Méité Lassana, « si l’actuel maire est retenu- ce qu’il vomit d’ailleurs- par la direction du RDR, une autre guerre déclenchera à Abobo après celui qui a occasionné le départ de Laurent Gbagbo du pouvoir». Et de prophétiser : « Mais si c’est le cas, le RDR va perdre définitivement la mairie d’Abobo. Je préfère tout le monde sauf le choix de Toungara ». Ce qu’un adepte de Toungara ne remet pas en cause. « Si on n’avait pas la mairie d’Abobo, le RDR n’aurait pas gagné la Présidentielle de 2010 », pense B.T, Secrétaire de section et président de jeunesse à Abobo. À la question de savoir combien de Secrétaire de section RDR le clan Méité Lassana revendiquent, la dissidence conduite par Seydou Diomandé est on ne peut plus clair. « Nous sommes la majorité silencieuse. Nous ne voulons pas nous lancer dans une guerre des chiffres. Mais, nous sommes les plus nombreux. Au moment opportun, vous le constaterez », a-t-il laissé entendre.

…Pendant que des agents doubles…

Pendant que le clan Toungara se dit majoritaire en nombre des Secrétaires de section. D’autant plus que le samedi 08 décembre, dernier, c’est au total 116 Secrétaires de section qui ont été déclarés acquis à sa cause. Vrai ou faux ? D’ailleurs, ces derniers ont adressé une sévère mise en garde à la dissidence conduite par le Secrétaire de section Seydou Diomandé. « Les Secrétaires généraux de section RDR d’Abobo tiennent à condamner avec énergie une certaine conférence de presse qui se serait tenue le 04/12/2012 par le sieur Seydou Diomandé de PK18 au nom des soi-disant Secrétaires généraux de section d’Abobo.

Cette sortie hasardeuse et tendancieuse, du point de vue des Secrétaires généraux de section d’Abobo, n’engage que son auteur », a martelé Boué Bi Thierry, Secrétaire de section à Sogephia-complexe. Chose bizarre ! Au cours de la journée du samedi 08 décembre où les « hommes » de Toungara ont proclamé les 116 Secrétaires de section, 90 autres se sont déclarés favorables à la candidature de la ministre Jeanne Peuhmond, pendant une autre cérémonie de soutien, à son domicile sis au Dokui. Une attitude qui fait dire à certains militants du parti au pouvoir qu’entre le clan Toungara et le clan Peuhmond, il y a des agents doubles. « La commune d’Abobo compte 172 Secrétaires de section RDR, à l’exception d’un cas de décès. On ne peut pas nous dire qu’il y a 116 d’un côté et 90 d’un autre. Au risque de nous retrouver à plus de 200 Secrétaires de section. Il est clair que certains jouent à un double jeu », désapprouve Doumbia Adama, militant RDR.

…créent la confusion dans les chiffres

Tout comme à Abobo, du côté d’Adjamé, la candidature du maire sortant semble créer une fissure au sein de la famille. Youssouf Sylla a pour adversaire principal son 1er adjoint Traoré Kalilou. En prime, le maire sortant de manque pas de diatribe dans le camp d’en face. « La mairie d’Adjamé n’est pas une chasse gardée de Youssouf Sylla. Sa candidature doit être rejetée par la direction du RDR », entonne le clan Traoré Kalilou. Même son de cloche à Anyama ; où deux ténors du RDR se croient aduler par la base. Puisque, sur les 33 Secrétaires de section que compterait le RDR à Anyama, 29 se sont réunis le samedi 24 novembre, au siège dudit parti, pour choisir Lanciné Camara comme tête de liste aux municipales. Or, le même jour, plusieurs d’entre eux ont assisté à la conférence de presse qu’animait Amidou Sylla en faveur de sa candidature. Et pourtant, un Secrétaire de section de la cité de la Cola révèle que Lanciné Camara ne fait pas le poids. « Il use de son titre de Départemental RDR d’Anyama pour influencer Amidou Sylla. Et, comme son domicile sert de siège au parti, il veut faire croire qu’il a le soutien de la base », dénonce-t-il sous le couvert de l’anonymat. Faux, rétorque l’autre camp. « C’est plutôt Amidou Sylla qui nous a fait perdre la mairie en 2001. Et, il revient pour nous créer, à nouveau, des ennuis », préjuge un détracteur de l’ancien maire Sylla. Au demeurant, avec cette formation de clans auxquels on assiste, avant même le verdict du Secrétariat général du RDR, qui devra statuer sur les dossiers des candidats à la candidature, faut-il se poser la question de savoir si ce « désordre » au sein des républicains à Abobo, à Adjamé et à Anyama, est une volonté manifeste des Secrétaires de section de conduire le RDR vers la déchirure? En tout cas, la guerre des clans fait rage…

FOFANA BABA IDRISS

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment