Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Jour Plus N° 2609 du 11/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Législatives partielles et municipales/ El Hadj Ibrahim Diomandé, président du collectif des secrétaires de sections RDR d’Issia: «Que la raison prévale dans le choix des têtes de liste»
Publié le mardi 11 decembre 2012  |  Le Jour Plus


Politique
© Le Jour Plus par DR
Politique nationale: El Hadj Ibrahim Diomandé, président du collectif des secrétaires de sections RDR d’Issia
Photo: El Hadj Ibrahim Diomandé, président du collectif des secrétaires de sections RDR d’Issia


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Circonscription concernée par les législatives partielles à venir, Issia se prépare pour l’occupation du siège laissé vacant suite au décès du Dr Diomandé. Dans la cité du Rocher, les candidatures se signalent. Membre influent du RDR dans cette zone, El Hadj Ibrahim Diomandé entend s’engager dans la course en cas de défection du Secrétaire départemental Ali Sylla. Dans cet entretien, il livre les raisons de sa candidature et lève le coin de voile sur les intentions de candidature aux municipales.

Comment se porte le RDR dans votre zone ?

Le parti se porte très bien à Issia. Et c’est le contraire qui aurait pu étonner. Etant donné que nous avons l’honneur d’avoir un Elu du parti, je veux parler de l’Honorable Trazéré Célestine, qui est à l’écoute des militants et qui ne lésine pas sur les moyens pour maintenir la flamme militante, pour porter haut le flambeau et les idéaux du RDR. Que ce soit en des circonstances heureuses, ou malheureuses, elle est toujours aux petits soins de nos militants. Ce qui a amené notre chef hiérarchique qu’est le Secrétaire départemental Ali Sylla, à dire lors de la fête de Tabaski qu’elle fait la fierté du RDR dans le département. Tout ceci pour dire que le RDR vit bien et poursuit sa marche ascendante et victorieuse à Issia.

Issia est l’une des circonscriptions concernées par les prochaines législatives partielles. Comment le parti prépare-t-il ce rendez-vous électoral ?

Si le parti lui-même se porte bien, l’environnement autour des candidatures à cette élection, tout celle des municipales, risque d’entraver sa santé. J’étais à la Mecque pour le pèlerinage et quand je suis revenu, j’ai trouvé une famille RDR pas tout à fait unie et soudée pour ces deux prochains scrutins. Et cela inquiète surtout que nous avons à confirmer notre place de parti leader dans la zone mais aussi et surtout à honorer la mémoire de notre défunt frère et Député. A savoir Dr Diomandé, qui a été rappelé Dieu et qui n’a même pas pu siéger après son élection en décembre 2011.

Comment des candidatures peuvent-elles diviser la famille RDR d’Issia si elle ne l’était pas auparavant ?

Le parti a abordé les législatives dans l’union. Mais, pour les élections à venir, tout porte à croire que ce sera la division. Pour les législatives partielles, les Secrétaires de section tout comme Madame le Député Trazéré avaient porté leur choix sur le Secrétaire départemental Ali Sylla. Et il en a été informé. Mais, tout indique que ce scrutin ne l’intéresse pas. Il est plutôt accroché aux municipales. Il nourrit l’ambition d’être maire. Et refuse pour cela le poste à pourvoir au Parlement. C’est légitime mais, il n’a pas à nous imposer pour les législatives partielles un autre cadre Bété, en l’occurrence Daléba Romain. Non seulement, Daléba Romain est désigné comme tête de liste du RDR pour les législatives partielles, il est également retenu comme N°2 pour les municipales par Ali Sylla. Ce que les secrétaires de section dans leur écrasante majorité refusent. Il est hors de question que nous demeurions d’éternels accompagnateurs, de faire valoir.

Si l’on vous suit bien, les choix des candidats aux législatives partielles et municipales sont déjà faits ?

Effectivement et les personnes ont été désignées d’autorité par le départemental. Ce qui est contraire au mode opératoire prescrit par la direction du parti. Il s’est retenu lui-même pour la mairie et a désigné Daléba Romain pour les législatives partielles. Ce qui est grave, est que ses proches affirment que toutes autres candidatures que ces deux là, ne seront pas reçues et ne seront pas acheminées à la direction nationale du parti. Si cela se confirme dans les faits, nous serions là dans l’arbitraire, dans le mélange de genres et la dictature. Ces choix ne sont pas ceux de la base. Surtout que pour les législatives, de nombreux secrétaires de sections penchent pour ma personne.

Etes-vous intéressé par ce scrutin ?

Oui. D’ailleurs, je suis candidat. En cas de défection du Départemental, je serai candidat pour faire appliquer la grille de répartition des postes entre les cadres des communautés autochtones et allogènes. Sur les deux sièges à pourvoir dans la circonscription, les autochtones Bété avaient un siège et le second était destiné aux allogènes. C’est ainsi que Madame Trazéré et feu Dr Diomandé Mamadou ont été retenus. Celui qui représentait les communautés allogènes est décédé. Nous déplorons tous son décès brusque. Mais, il va de soi que pour le remplacer, ce choix doit s’opérer dans sa communauté d’origine. En s’écartant de ce principe, il y a une menace de division communautaire qui plane. Les allogènes peuvent considérés que les autochtones leur ont tout arrachés et réclamés dès lors le gros gâteau aux municipales. Ce que ces derniers ne vont pas accepter. On crée dès lors de toute pièce une crise inter-communautaire qu’on peut éviter en respectant le mode opératoire établi lors des législatives de décembre 2011. Ne nous cachons pas les choses. Les chefs Bétés n’accepteront jamais une liste à 90% allogène qui va s’imposer à eux sur leur terre. C’est une vérité. Quand on est dans un parti au pouvoir dont le Président fait de la cohésion sociale, de la réconciliation, l’une des priorités de son mandat, il ne faut pas créer des situations qui peuvent entraver cet idéal de vivre ensemble.

Quelles sont vos chances pour gagner cette bataille ?

Il faut dire que je suis le président du collectif des secrétaires de sections du RDR ici à Issia. Je suis également le président des enseignants Républicains et président de la cellule des enseignants RDHP. Mes atouts, c’est aussi et surtout mon passé militant dans la zone. Au moment de la lutte, j’ai été l’un des responsables locaux recherchés et traqués qui n’ont pas fui. Que ce soit en 2002, en 2004 et en 2010, je suis resté ici avec les militants et nous avons vécu tous les malheurs, tous les traumatismes, toutes les persécutions ensemble. En milieu péri-urbain, à la différence des grandes métropoles, les populations, les militants ont de la mémoire. Elles savent reconnaître le bien. La seule arme que je n’ai pas pour l’heure, c’est le soutien de l’honorable Trazéré.

Cela étonne d’autant plus qu’elle vous a choisi avec quatre autres militants d’Issia pour le Hadj 2012…

Quand je suis allé chez elle à Abidjan pour le Hadj, elle m’a informé qu’elle a porté son choix sur le départemental Ali Sylla pour remplacer Dr Diomandé et qu’elle va le soutenir pour gagner. Elle m’a confié que pour la mémoire de son défunt colistier, elle a le devoir de faire gagner la liste du RDR et qu’elle souhaite que ce soit Ali Sylla qui conduise cette liste. Puisque je nourrissais des ambitions, cela m’a dérangé. Mais, je n’ai rien dit pour ne pas la frustrer. Aujourd’hui, la situation semble avoir évolué en ma faveur avec un désistement éventuel d’Ali Sylla. Si cela se confirme, je serai candidat et nul doute que j’aurais son soutien pour ne pas que la victoire échappe au RDR.

Quel est à ce jour le point des candidatures à Issia ?

Aucune candidature n’a été officiellement déposée. C’est le départemental Ali Sylla qui, voulant prendre de l’avance, a fait sa liste et a annoncé la candidature de Daléba Romain aux législatives partielles. Ce choix de Daléba Romain qui fait également office de N°2 sur sa liste, cache une volonté d’écarter de la course le Député Trazéré qui n’a jamais caché son ambition pour la mairie. Ici, elle est le symbole du RDR. Et plusieurs de mes pairs voient difficilement le RDR prendre la mairie sans ce soldat d’Alassane Ouattara qu’est le Député Trazéré, qui, a elle seule, réunit les trois communautés majeures de la ville. A savoir les Bétés par son père, qui est issu du canton Boguhet lui regroupe 45 villages de la commune d’Issia, les Baoulé par sa mère qui est originaire de Daoukro et les Malinkés par son époux. A ces atouts, s’ajoute sa bonté et sa disponibilité à combler les populations. Elle a du cœur, elle a de l’amour dans le cœur qu’elle sait partager. Elle est maternelle. Mieux, de tous ceux du RDR qui ont des ambitions, elle présente le profil idéal du cadre de développement. Nous devons savoir que les élections municipales sont un scrutin de développement. Contrairement aux députés qui ont un mandat national pour examiner, voter des lois et suivre l’action gouvernementale, les maires ont un mandat de développement. C’est au maire qu’il revient de s’occuper des questions de santé, d’éducation, d’emplois, de création de richesse. En somme du mieux-être des populations. Comment Issia va-t-il voir réalisées les promesses du président Alassane Ouattara si le candidat que le RDR va présenter n’a pas des habits d’agent de développement et de vecteur de cohésion sociale ? C’est pour cela que la raison doit prévaloir. Et cette raison voudrait que dans l’écurie du RDR, nous faisions bloc derrière le meilleur des soldats d’Alassane Ouattara. A savoir l’honorable Trazéré. Issia qui était sociologiquement la première ville du pays Bété, et d’où est partie la construction des autres villes comme Daloa et Soubré, est aujourd’hui la dernière en matière de développement. C’est une cité méconnaissable qui a besoin d’un cadre consciencieux du développement pour sortir de l’agonie et la léthargie. Voilà une cité qui n’a même pas de fanfare municipale, de marchés modernes, de routes, de foyer des jeunes, d’airs de jeu etc… A Issia, les chantiers sont vastes et il faut un cadre à la fois fédérateur des diversités locales et vecteur de développement qui a fait ses preuves de manager, pour les exécuter au bonheur des populations. Issia qui est restée pendant plus de dix ans en marge des grands travaux de développement a besoin de beaucoup plus d’investissements pour rattraper son retard. Il faut donc un cadre qui inspire confiance tant aux populations par son carnet d’adresses qu’aux partenaires au développement. Issia est si sinistré et seule Trazéré peut en faire un pôle économique de référence. Je peux le dire, la solution d’un Issia nouveau et conquérant en pays Bété particulièrement, c’est Trazéré à qui Dieu a donné les moyens et elle sait en donner aux autres. Surtout aux personnes vulnérables.

Avez-vous un appel à lancer ?

Absolument. Mon appel, c’est que la raison prévale dans les choix des têtes de liste que ce soit aux législatives partielles qu’aux municipales ici à Issia. Le RDR ici ne doit pas être une famille traversée par l’ingratitude. C’est pourquoi je vais suivre Madame le Député pour soutenir le départemental Ali Sylla aux législatives partielles. Mais s’il désiste, alors je serai candidat. Et je vais apporter la victoire pour non seulement honorer la mémoire de mon défunt frère mais aussi et surtout éviter tout heurt intercommunautaire qui plane avec le plan de candidatures qui voudrait que les deux sièges législatifs soient détenus par des cadres Bété. Plutôt que d’unir, cela fait le lit de la division.

Réalisé par Abou Traoré

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment