Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L'intelligent d'Abidjan N° 2712 du 12/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Politique

Municipales et régionales couplées / Six partis politiques interpellent Ouattara : ‘‘Nous demandons un report’’
Publié le mercredi 12 decembre 2012  |  L'intelligent d'Abidjan


Politique
© Abidjan.net par Prisca
Politique nationale: Mamadou Koulibaly crée le Lider (liberté été et démocratie pour la Republique)
Jeudi 11 aout 2011. Abidjan. Immeuble de la Caistab, au Plateau. L`ancien vice-président du Front populaire ivoirien (FPI) démissionnaire, cree sa propre formation politique, liberté été et démocratie pour la Republique (Lider)


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

L’UDCY, le RPCI, le MNC-Alternative, LIDER, le CAPUDD, le RPC et l’UDTCI, au total six partis de l’opposition ivoirienne, ont fait savoir, le lundi 11 décembre 2012 à l’Hôtel Belle côte de la Riviera Palmeraie à Cocody, leur volonté de participer aux élections locales jusqu’à nouvel ordre. En effet, selon leur porte-parole Gervais Coulibaly, les partis de l’opposition en Côte d’Ivoire regrettent, la manière unilatérale du Président et son Gouvernement de conduire les actions de réconciliation, de reconstruction et de la paix. « Pendant de longs mois, nous nous sommes investis avec rigueur dans les discutions. Nous avons chaque fois, à la demande du Gouvernement qui en dirigeait tout seul l’agenda participé aux réunions et formulé des propositions dont le but était de renforcer la démocratie, de raffermir la réconciliation et de mettre fin à la belligérance » a indiqué Gervais Coulibaly. Poursuivant, il a fait savoir que vu que le Président de la République est le premier responsable de la Côte d’Ivoire, « alors le Cadre Permanant de Dialogue (CPD) mis en place par le conclave de Grand-Bassam continuait ses travaux à travers ses commissions chargées des différentes questions politiques identifiées comme importantes dans le processus électorale judiciaire et institutionnelle et dont les résultats devraient inspirer les élections à venir et former les fondations de la réconciliation. Nous constatons que le Gouvernement tourne le dos au dialogue et s’engage une nouvelle fois de façon unilatérale dans le tripatouillage du code électoral et dans la violation des principes élémentaires de démocratie. Cette attitude du Gouvernement justifie et autorise la mise en garde, la protestation et la condamnation que nous formulons ici et aujourd’hui. Le Gouvernement a fixé sur proposition de la Commission électorale indépendante (CEI) les dates des prochaines municipales. De même, c’est cette commission qui a proposé le couplage des élections municipales et régionales. Alors que les dates sont fixées au 24 février 2013, le Gouvernement décide en décembre 2012, la modification du code électoral. Par différents projets de loi introduits à l’Assemblée Nationale la semaine dernière, il modifie les circonscriptions en limite et en nombre, ainsi que les délais de différentes étapes électorales. Nous, partis politiques engagés dans le dialogue avec le Gouvernement ne comprenons pas cette attitude cavalière, nous la refusons et la condamnons avec fermeté. Nous attirons l’attention de l’opinion publique nationale et internationale», ont conclu ces six partis politiques de l’opposition.
O. Dama

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment