Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 3945 du 16/1/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Art et Culture

Coopération sino-ivoirienne : le Palais de la culture partiellement fermé bientôt pour réhabilitation
Publié le mercredi 16 janvier 2013  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Saccagé et littéralement pillé durant la crise postélectorale de 2010-2011 qui a fait un peu plus de trois mille morts, les travaux de réhabilitation du Palais de la culture d’Abidjan-Treichville (PCA) vont démarrer dans quelques jours. Précisément en février. Ces travaux, qui seront pilotés par les experts chinois, à en croire M. Koné Dodo, Directeur général, dureront 27 mois et nécessiteront la rondelette et faramineuse somme de 15 milliards de FCFA. Devant les journalistes récemment, M. Koné Dodo a indiqué que quoique d’intenses travaux soient prévus par les experts et les architectes chinois, le Palais restera partiellement ouvert afin de permettre aux acteurs culturels de faire vivre le secteur. « Il ne sera pas entièrement fermé, la fermeture va concerner d’abord la salle de 4mille places (Anoumabo). Une fois les travaux de cette salle terminés, nous procéderons à la fermeture d’autres salles» avait expliqué, le premier responsable du PCA. Il ne s’agira pas non plus de casser des bâtiments pour les reconstruire, mais plutôt de reprendre le câble des salles, de les rééquiper en matériel technique adéquat pour l’éclairage et la sonorisation des manifestations. Le système général de climatisation, qui a également été vandalisé, sera remis en état. Toute chose qui rendrait le PCA de nouveau totalement fonctionnel.

Pour pallier la non disponibilité de la salle Anoumabo qui abrite la quasi-totalité des événements grand public, singulièrement les concerts, l’espace de l’Oiseau livre, à l’air libre, sera davantage aménagé pour les accueillir. Ce qui ne serait pas forcément une mauvaise chose pour les promoteurs de spectacles car, cet endroit peut accueillir deux fois plus de monde que la salle Anoumabo. De son côté, Koné Dodo nourrit, lui, de grandes ambitions pour son institution. Déjà, pour cette nouvelle année, il envisage industrialiser son institution, afin d’accroître ses ressources. «Il faut trouver des mécanismes pour améliorer les conditions de vente d’aliments (pendant les manifestations), et celui qui veut faire son commerce au Palais de la culture doit signer un contrat avec nous», indiquait-il aux journalistes, il y a quelques jours. Autre mesure prise par lui, le branding dans l’enceinte du Palais sera payant. Et des produits estampillés du logo du PCA seront également vendus. Dans sa vision managériale, Koné Dodo projette amener le Palais de la culture à vivre de ses propres recettes, devenant ainsi moins dépendant de la subvention de l’Etat qui fait aujourd’hui 60% de budget.

MK

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment