Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Côte d`Ivoire : hôpitaux et écoles menacés de fermeture en raison d`une grève des agents
Publié le samedi 2 fevrier 2013  |  Xinhua




 Vos outils




Les hôpitaux et écoles de Côte d'Ivoire sont menacés de fermeture dans les prochains jours en raison d'une grève annoncée du personnel médical et des enseignants.

Les agents de santé qui attendent également depuis plusieurs mois la mise en oeuvre de promesses des autorités relatives à la revalorisation des salaires ont décidé de débrayer à partir de lundi.

"25% des indemnités que nous avons demandées ont été versées par le gouvernement fin janvier, mais cela est insuffisant", a soutenu le président de la coordination du personnel soignant, le docteur Ernest Boka.

Les agents de santé exhortent ainsi les autorités à prendre en compte de manière effective leur revendication indiciaire.

"S'il n'y a rien pour le personnel soignant, il n'y aura rien à l'hôpital", a prévenu le docteur Boka.

Les médecins, infirmiers et sages-femmes se disent toutefois ouverts au dialogue aux discussions et ont assuré qu'un service minimum sera observé.

Tout comme le personnel médical, les enseignants des cycles primaire, secondaire et supérieur menacent d'arrêter les cours à partir de lundi, si une réponse positive n'est pas trouvée à leurs revendications d'ordre salarial.

Le gouvernement ivoirien a tenté plusieurs médiations avec les travailleurs à travers le ministre de la Fonction publique, le ministre de l'Education nationale et le ministre de la Santé qui ont multiplié des rencontres avec les syndicats.

Les autorités avaient demandé aux agents en colère de faire confiance au gouvernement et d'être patients pour voir leurs problème trouver une solution de manière progressive.

Les leaders traditionnels et religieuses avaient même entrepris une médiation pour désamorcer la crise.

Des habitants interrogés par Xinhua se disent inquiets face à cette menace de paralysie des écoles primaire, secondaire et supérieure, ainsi que des hôpitaux, et souhaitent un dénouement heureux de la situation.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires