Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Célébration de la Journée internationale de la femme le 21 mars: Anne Ouloto déjà sur le terrain à Touba
Publié le lundi 25 fevrier 2013  |  Ministères


Journée
© Ministères par DR
Journée internationale de la Femme : Anne Ouloto présente le pagne de l’édition 2013
Vendredi 15 février 2013. Abidjan. Cabinet du ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, au Plateau. Le ministre Anne Désirée Ouloto lance les préparatifs et présente le pagne de l’édition 2013 à la presse


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant met les petits plats dans les grands pour réussir la commémoration de la Journée Internationale de la Femme à Touba le 21 mars prochain. Les 22 et 23 mars, en compagnie d’une forte délégation de son ministère et du responsable l’Unité Genre de l’ONUCI, Liceus, Anne Ouloto est allée s’enquérir elle-même des conditions d’organisation de cette célébration, après le lancement des festivités, le mercredi 19 mars en présence de la Première Dame de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara, marraine de cette édition.

Accueillie en grande pompe à l’entrée de la ville par les autorités administratives, traditionnelles et religieuses, elle a eu un échange fructueux avec le Préfet de Touba, Yao Kouakou Benoît en sa résidence, à qui elle a demandé de coordonner sur place l’organisation de ce grand rendez-vous des femmes. Elle a souhaité une parfaite organisation de l’hébergement, de la restauration, du transport, de la sécurité, des soins d’urgence pour le bonheur des milliers de femmes et d’hommes qui viendront à Touba célébrer le « leadership nouveau» de la femme à travers le thème : « hommes et femmes, ensemble pour une Côte d’Ivoire nouvelle et conciliée. » Les aspects de la sensibilisation et mobilisation des femmes ont été passés au peigne fin ainsi que les moyens à mettre à disposition pour une organisation irréprochable.

Après l’entretien à la résidence du Préfet, elle a visité la place Cibouè qui abritera la cérémonie commémorative et donner des instructions pour que toutes les conditions sécuritaires, sanitaires soient réunies pour accueillir la manifestation sur ce site. Le responsable de l’ONUCI qui a fait cette tournée d’inspection auprès de la ministre s’est engagé à fournir de l’eau, des toilettes, des bâches, et des hommes pour la sécurisation de l’évènement.

Madame le Ministre Anne Ouloto a visité ensuite également deux réceptifs hôteliers : l’hôtel de l’Amitié Vraie, qui comprend deux suites et 52 chambres et l’Hôtel La Savane, 10 chambres.
Pour pallier à l’insuffisance des capacités d’accueil de la ville, elle a donné des instructions pour réserver des hôtels à Man, un autre quartier général de la cérémonie. La crème féminine (les femmes députés, Directeur Général, Madame le Général Kouamé Akissi, l’association de femmes juristes…) sera logée à Man.

Enfin, Anne Ouloto a tenu à rencontrer les femmes de Touba pour leur annoncer de visu la tenue de la commémoration dans leur ville. Au cours de la rencontre qui s’est tenue à la maison des jeunes et de la culture de la ville, elle a rendu un vibrant hommage à la première vice-présidente de l’Assemblée Nationale, Madame Sako Sarah Fadiga, « un modèle de réussite de la femme ivoirienne qui fait la fierté de Touba et de toute la Côte d’Ivoire ». Après le mot de bienvenue du Maire résident, Lamine Bamba, les prières et bénédictions des sages de la ville, la porte-parole des femmes , Fadiga Fatou, a dépeint la pauvreté des femmes de Touba et s’est engagée à mettre tout en œuvre pour réussir la « fête des femmes »
La ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant au fait des conditions de la femme, s’est appesantie sur le choix de Touba, région très agricole ; une « région rurale où les femmes se battent pour améliorer leur existence à travers l’agriculture et le commerce. »
« Notre travail, c’est de faire sorte que la femme, à côté de l’homme, je dis bien, la femme à côté de l’homme et avec lui, les deux, ensemble, fassent tout pour faire avancer la Côte d’Ivoire ».

« Nous devons nous parler en vérité », a-t-elle averti égrenant les maux qui minent l’épanouissement de la femme.

Anne Ouloto a dénoncé sans faux fuyant la non scolarisation de la jeune fille, les violences faites aux femmes et à la jeune fille, l’excision (pratique courante dans cette région) et invité les populations à abandonner ces pratiques néfastes et rétrogrades. « Celle ou qu’on va prendre en train de faire ça à une jeune fille, va voir. Le tapeur de tam-tam, les danseuses, les complices de telles pratiques iront tous en prison », a-t-elle annoncé parlant de l’excision, dans un langage très accessible aux femmes mobilisées pour la circonstance.

Dans la soirée à Man, elle a rencontré la Direction régionale du Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et l’Enfant à qui elle demandé de faire preuve de professionnalisme, pour réserver un séjour agréable aux autorités et aux populations qui éliront domicile dans la région des 18 montages.

Le service communication

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires