Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2373 du 1/6/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Politique

Fatou Diomandé-Fadiga, Cdvr, à propos de la crise postélectorale : «Pourquoi les femmes sont les responsables»
Publié le lundi 3 juin 2013  |  Nord-Sud


Réconciliation
© Ministères par FN
Réconciliation nationale: atelier de restitution de la commission heuristique de la Cdvr
Mercredi 5 décembre 2012. Abidjan. Hôtel ibis, au Plateau. La commission heuristique de la Commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR) procède à la restitution de ces travaux


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Fatou Diomandé-Fadiga, conseillère de Charles Konan Banny, président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation, a vertement critiqué le rôle des femmes dans la crise postélectorale de 2011.

Cela s’appelle mettre les pieds dans le plat. Pour la deuxième année consécutive, Mathurin Toalo Bi Doulo, député de Vavoua a magnifié, le samedi dernier, les femmes de sa circonscription électorale, dans le cadre de la fête des mères. Représentant le parrain, Charles Konan Banny, président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr), Fatou Diomandé-Fadiga, chargée des relations avec les réseaux féminins à la Cdvr, a situé la responsabilité des femmes dans la crise et leur rôle dans la recherche de la paix. « Ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire est de la responsabilité entière de nous les femmes. Les femmes ont été à la base de la guerre en incitant leurs enfants et leurs maris à la faire. Si nous, les femmes, avions joué notre rôle de conseillères, la guerre ne serait pas survenue dans le pays. C’est nous qui avons allumé le feu et avons déchiré la Côte d’Ivoire », a argué la présidente-fondatrice du Réseau des femmes pour la paix et la réconciliation. Puis d’expliquer à ses congénères, le rôle qui est le leur dans la recherche de la paix. « Si nous avons allumé ce feu, il nous incombe de l’éteindre. L’heure est venue donc de l’éteindre. C’est pourquoi je vous demande de vous approprier la mission de la Cdvr qui consiste à réconcilier les Ivoiriens et à ramener la paix. Apprenez à être ensemble, à vous donner la main pour que Vavoua soit le départ d’une réconciliation vraie », a-t-elle recommandé. Par ailleurs, Mathurin Toalo a annoncé que cette manifestation devenue une institution, visent à magnifier les braves mères auxquelles Vavoua doit tout. Le préfet de Vavoua, Pierre Nicaise M’Bassidjé N’Cho, a salué et remercié le député qui lui donne l’occasion d’offrir un sourire aux femmes de la ville qu’il a invitées à mériter l’honneur qui leur est fait et à entendre le message de la Cdvr. Il faut souligner que ce sont au total 140 lots de cadeaux qui ont été distribués aux différentes femmes de Vavoua sélectionnées dans les différents services, les associations et groupements féminins.

Bayo Fatim, envoyé spécial à Vavoua

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires