Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2853 du 6/6/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Interview / Koné Ladio Issa dit Sankara, à propos de l’exil de son ancien compagnon : ‘‘Faya a fui les machettes qu’il a lui-même introduites à l’université’’
Publié le jeudi 6 juin 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




 Vos outils




De retour en Côte d’Ivoire après plus de dix ans d’exil, l’ex-fesciste Drigoné Gohi Bi Tchan Faustin dit Faya a déclaré que son exil était dû à une menace sur sa sécurité dirigée par des milices pro-Gbagbo. Dans cette interview, un de ses camarades de lutte durant la période de braise de la Fesci, lui apporte la contradiction. Koné Ladio Issa dit Sankara parle de Faya, surtout des raisons de son exil. Entretien.

L’un de vos anciens camarades de lutte, en l’occurrence Drigoné Gohi Bi Tchan Faustin dit ‘’Faya’’, vient de déclarer de son retour d’exil que c’était le pouvoir de Laurent Gbagbo qui l’y avait contraint. Quel est votre avis sur la question ?

Vous me donnez l’occasion de faire certains éclaircissements sur cette question. Elle relève de notre histoire récente, et l’honnêteté intellectuelle et la vérité historique nous obligent à faire la lumière sur des questions aussi importantes de notre histoire commune. ‘’Faya’’ n’a pas dit la vérité parce qu’il s’est exilé en Europe avant l’accession de Laurent Gbagbo au pouvoir. Il est parti à la suite de la dissidence qu’il y a eue au sein de la FESCI en 1999, dont lui-même est l’un des principaux acteurs et instigateurs. La violence à l’université vient essentiellement de lui et de ses camarades.

Voudriez-vous nous donner plus de détails ?
Je vais dire ici, sous le regard et le contrôle de Soro Guillaume, de Karamoko Yayoro, de Damana Pickas, de Souleymane Kamagaté que Drigoné Faya est le père des machettes dans les universités d’Abidjan. Déjà en 1997, quand Faya affichait sa volonté farouche de succéder à Soro Guillaume au secrétariat général de la FESCI, il a organisé des camarades dans son fief d’Abobo, là où résidait Karamoko Yayoro. Notre surprise a été grande lorsqu’un matin, lui et ses suppôts ont attaqué à la machette et au gourdin les cités universitaires de Mermoz et du campus, là où résidaient tous les membres du Bureau Exécutif National (B.E.N) après notre expulsion des cités, le 02 mai 1997, par le régime Bédié .L’épilogue de cette attaque a eu lieu devant les bureaux du CNOU (Centre national des œuvres universitaires, aujourd’hui devenu Centre régional des œuvres universitaires : NDLR) où nous avions mis le sécretaire Général Soro en sécurité. Le BEN de Soro a dû suspendre tous les responsables impliqués dans cette violence. Nous étions à la veille du congrès de 1998 qui devait désigner le successeur de Soro. Malgré sa suspension, Faya s’est quand même porté candidat.

Et que s’est-il donc passé à ce congrès de 1998 ?
Voulant coûte que coûte briguer le secrétariat général de la FESCI, Faya a organisé un véritable front armé le jour de l’ouverture du congrès .Je rappelle que c’était Laurent Gbagbo, l’invité spécial de ce congrès, l’invité de Soro Guillaume. Après l’ouverture du congrès et le départ de Laurent Gbagbo, Faya et ses thuriféraires ont fait descendre une violence inouïe et sans précédent sur les instances dudit congrès. Cette crise a été gérée par le secrétaire général du SYNARES d’alors, l’aîné Niamien Messou. Le congrès a dû être reporté. A la reprise du congrès, Faya s’est allié à Blé Goudé pour battre le candidat de Soro qu’était Karamoko Yayoro, et cela, toujours dans la violence


Mais revenons à la dissidence au sein de la FESCI et dites-nous, comment Faya est parti en Europe ?

En 1999, le coup d’Etat de Guéi Robert emporte le régime Bédié .Il est mis en place un gouvernement militaro-civil .Les ministères de l’Enseignement supérieur et de l’Education nationale reviennent au FPI. Après avoir pris connaissance des dossiers qui les attendaient, les ministres Sery Bailly et Amani N’Guessan reçoivent la direction de la FESCI et disent avoir pris note de nos revendications, sauf qu’ils viennent de prendre fonction. Et pour ça, ils nous demandent une trêve sociale pour nous donner des réponses appropriées ; L’AG de la FESCI décide de faire droit à cette requête, mais c’était sans compter avec la politique politicienne qui avait déjà gangrenée le mouvement estudiantin. Certains camarades dont Faya et Doumbia Major trouvèrent que faire droit à une telle requête, c’était faire droit aux désidérata du FPI. Cette guéguerre au sein du B.E.N s’est soldée par une bagarre monstre entre Doumbia Major et un autre membre du BEN à qui, il a porté atteinte à son intégrité physique .Ces deux camarades ont été suspendus. Nous étions à la veille du 10ème anniversaire de la FESCI, par conséquent, ces deux camarades ne pouvaient participer aux festivités. Pour ces festivités, Blé Goudé avait entrepris une tournée de mobilisation de toutes les coordinations de la FESCI. C’est quand il était à l’étape de Korhogo que Faya et Major ont attaqué toutes les cités universitaires à la machette. Notons que nous sommes à la veille des élections présidentielles de 2000. C’est ainsi que Faya et ses camarades ont été armés par leurs mandants pour faire tomber Blé Goudé car pour eux, ce dernier travaillait pour Laurent Gbagbo.


Mais il semble qu’à cette période, vos camarades estimaient que Charles Blé Goudé avait trahi en utilisant l’organisation syndicale estudiantine pour soutenir le futur candidat Laurent Gbagbo lors de la présidentielle de 2000.

Non, les choses ne doivent pas être analysées ainsi. La FESCI est régie par des textes, et à la lumière de ces textes, si le SG a trahi comme ils l’insinuaient, c’est une AG extraordinaire convoquée par les ¾ des sections qui doit constater la trahison .Et c’est cette AG extraordinaire qui convoque un congrès extraordinaire aux fins de prononcer la destitution du SG fautif. Parallélisme des formes oblige. Le SG étant élu par un congrès, il ne peut être démis que par un congrès. C’est ce que nous leur avons demandé .Mais eux, ont préféré prendre les machettes pour le faire. Mais les partisans, plus nombreux, de Blé Goudé ne pouvaient se laisser constamment agresser à la machette et aux gourdins sans réaction, c’est ce qui a entraîné l’escalade .Et comme ils ont perdu toutes les batailles, ils se sont résolus au départ du pays avec le soutien de leur mentor, Alassane Ouattara.


Ah bon, ils étaient soutenus par Alassane Ouattara ?

Bien sûr, et ce n’est visiblement un secret pour personne, en tout cas pour ceux qui connaissent un peu l’histoire de la FESCI et de ses rapports avec les leaders politiques ivoiriens. C’est totalement injuste, faux et irresponsable de dire que c’est le régime Laurent Gbagbo qui l’a contraint à l’exil, pendant que Gbagbo n’était même pas encore Président. Je vous parle de 1999.Faya a fui les machettes qu’il a lui-même introduites lui-même à l’université


Pour vous, Laurent Gbagbo et son régime sont étrangers à l’exil de Drigoné Bi dit Faya, alors ?
Nous sommes des témoins vivants de cette histoire récente de notre pays. Je veux encore prendre à témoin Guillaume Soro, Karamoko Yayoro, Damana Pickas, OK, et Soul to Soul. Il est aisé et facile aujourd’hui en Côte d’Ivoire, d’affubler Laurent Gbagbo de tous les maux du pays, c’est devenu le sport favori des charlatans de l’acabit de Faya. La première fois que des camarades ont utilisé des armes blanches c’était à la cité universitaire de Yopougon, le ‘’Kwazulu Natal’’ comme nous l’avions surnommée .Faya en était le SG, pour cette raison, nous l’appelions également Butelezy, et c’était en 1996. Il était opposé à certains de nos camarades dont je tais volontairement les noms pour des raisons évidentes de sécurité. Pour la résolution de cette crise, ils ont fait recours aux machettes. Il nous a Fallu 48 heures d’Assemblée générale au sein de notre organisation syndicale pour tenter de résoudre les problèmes, parce que Faya voulait à tout prix exclure les camarades en question de son bureau. C’est à la suite de ces machettes que lui et ses camarades ont introduit dans le débat intellectuel qu’il est allé en exil en 1999. C’était l’apothéose de sa forfaiture. Laurent Gbagbo n’a donc rien à y voir. Nous n’accepterons pas que des pyromanes viscéraux tronquent notre jeune histoire pour quelques expédients, et veuillent laisser courir qu’ils sont de blanches colombes. Tous les témoins des faits que je viens de vous relater sont encore vivants.
Par Jean-Paul Oro à Paris

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires