Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2853 du 6/6/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


Toute l'actualite de la ville

 Autres articles

Comment


Région

Abengourou / Face à l’introduction grandissante des pesticides frauduleux : Douaniers et agents du ministère de l’Agriculture sensibilisés pour lutter contre le fléau
Publié le jeudi 6 juin 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




 Vos outils




Les douaniers de la direction régionale et les agents du ministère de l’Agriculture ont été outillés, il y a peu sur la menace que représente, à divers degrés, l’inondation sur le marché des produits phytosanitaires de contrefaçon à travers un atelier de renforcement des capacités autour du thème : «Pesticides frauduleux : une menace pour l’agriculture, la santé humaine et l’environnement de la Côte d’Ivoire».

L’atelier, initié par Cropline Afrique Moyen Orient, de concert avec le ministère de l’Agriculture, vise selon Bama Yao, coordinateur Afrique de l’Ouest et centrale à «fournir des connaissances aux agents des douanes et du ministère de l’Agriculture pour la lutte contre les pesticides frauduleux». Selon Bama Yao, une étude indique que les produits frauduleux représentent 40% du marché des pesticides. Ce qui représente non seulement un danger pour la santé de l’économie ivoirienne pis, une menace permanente pour la santé des populations.
« La prolifération sur le marché des pesticides de contrefaçon et frauduleux ces dernières années constitue une grande préoccupation pour l’autorité réglementaire et l’industrie agro-pharmaceutique en Côte d’Ivoire. Une récente enquête a montré que les produits frauduleux représentent environ 40% du marché des pesticides… La fraude sur les étiquettes et emballages tire profit de la réputation des produits de marque, causant d’importantes pertes financières à l’industrie. Les produits de contrefaçon échappent aux mesures réglementaires ; ils ne sont pas testés et ne bénéficient d’aucune autorisation de vente. Les risques pour l’homme portent sur la santé de l’utilisateur et les pertes potentielles de récoltes. La sécurité sanitaire des aliments et la santé des consommateurs sont par ailleurs menacées du fait de la contamination possible par des résidus à des niveaux élevés ».

Le ministre de l’Agriculture représenté par Silué Gneneri, directeur de la production des végétaux, du contrôle et de la qualité (DPVCQ) a exprimé la nécessité de sensibiliser tous les acteurs engagés dans la lutte, au regard des statistiques afin d’endiguer considérablement, à court et moyen terme, le fléau : «la majorité des pesticides frauduleux passent par les frontières terrestres ; et donc il nous a semblé opportun de réunir tous les acteurs à même de lutter efficacement, c'est-à-dire les directeurs régionaux de l’Agriculture ainsi que les services des douanes aux frontières terrestres ».

Ernest Famin, correspondant

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires