Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

La police encadre dans le calme une manifestation des partisans de Laurent Gbagbo à Abidjan
Publié le samedi 8 juin 2013  |  Agence de Presse Africaine


Meeting
© AFP par DR
Meeting de la JFPI : des manifestants pro-gbagbo dispersés par les forces de l’ordre à Yopougon
Samedi 16 février 2013 .Abidjan. Yopougon


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Une manifestation du Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (COJEP), le parti politique de Charles Blé Goudé, farouche partisan de Laurent Gbagbo, encadrée par la police nationale ivoirienne, se déroule samedi dans le calme au baron de Yopougon à l’Ouest d’Abidjan, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne

Près d'un millier de personnes, en majorité des élèves et étudiants membres de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) participent à ce meeting avec pour thème, ‘'l'amnistie générale'', réclamée par les partisans de l'ancien Chef de l'Etat, Laurent Gbagbo.

Des délégations de la Jeunesse du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (JPDCI) et du Rassemblement des Jeunes Républicains (RJR), respectivement conduites par Amany N'guessan et Oumar Diarrassouba sont également présentes.

Charles Blé Goudé, Président du COJEP et leader de la Galaxie Patriotique a été arrêté le 17 janvier dernier à Accra et extradé à Abidjan où il est depuis lors en résidence ‘'protégée''.

Cette manifestation se tient au lendemain de l'arrestation de Justin Koua, le Secrétaire général intérimaire de la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI) par la police ivoirienne.

Le parti de Laurent Gbagbo dénonce un enlèvement du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) qui est allée le chercher sur le lieu d'une réunion de la direction du FPI à Attoban (Cocody).

Avec le soutien de la direction du FPI, M. Koua avait entrepris il y a un mois des tournées de remobilisation des militants autour d'un concept baptisé ‘'opération éveil des consciences''.

A chaque sortie dans la presse ou devant les militants, Justin Koua ne se prive pas de ‘'brocarder'' le pouvoir actuel du Président Alassane Ouattara.

Le gouvernement ivoirien a pris ''acte'' jeudi soir, de la décision de la Cour pénale internationale (CPI) d'ajourner le verdict de l'audience de confirmation des charges contre l'ancien Président Laurent Gbagbo en annonçant qu'il transmettra des ‘'preuves complémentaires'' à la Cour.

La chambre préliminaire de la CPI, à la majorité des voix de ses membres, mais avec le désaccord du Juge Fernandez de Gurmenti, a ajourné lundi l'audience sur la confirmation des accusations et a exigé du procureur qu'il envisage de fournir plus de preuves ou de mener d'autres investigations en considération des accusations présentées contre Laurent Gbagbo.

Il est reproché à M. Gbagbo qui est transféré à la CPI depuis le 29 novembre 2011, d'avoir été co-auteur indirect de quatre chefs de crimes contre l'humanité, notamment ‘'meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains''.

Son refus de reconnaitre la victoire de son challenger Alassane Ouattara à l'issue de la présidentielle du 28 novembre 2010 a conduit la Côte d'Ivoire dans une violente crise post électorale, de décembre 2010 à avril 2011, avec plus de 3000 morts.

JBK/ls/APA

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires