Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Eau potable en Côte d’Ivoire : Des bailleurs de fonds annoncent un appui de 200 milliards de fcfa
Publié le samedi 29 juin 2013  |  Agence de Presse Africaine


Table
© Ministères
Table ronde des partenaires au développement du secteur de l’eau potable en presence du premier ministre Duncan


 Vos outils




Des bailleurs de fonds ont exprimé vendredi à l’issue d’une table ronde de mobilisation de fonds à Abidjan, leur intention d'accorder un appui de 200 milliards fcfa à la Côte d’Ivoire pour l’amélioration des infrastructures hydrauliques du pays.

L'annonce a été faite par le Ministre ivoirien des Infrastructures économiques, Patrick Achi, qui au nom du gouvernement, s'est dit "extrêmement satisfait" de cette mobilisation spontanée des partenaires techniques au développement.

La mobilisation de ces ressources financières nécessaires, doit selon les autorités ivoiriennes, rattraper le retard d'investissement dans le milieu de l'eau potable et résorber ainsi définitivement le déficit sur toute l'étendue du territoire national.

La table ronde qui s'est ouverte jeudi, a enregistré la participation du Premier ministre Daniel Kablan Duncan. Il avait indiqué qu'à ce jour, "les investissements les plus importants sont ceux concernant les villes de l'intérieur du pays, ainsi que le milieu rural" et le coût est évalué à "300 milliards de fcfa".

Au cours de ces deux jours de discussion, le gouvernement a présenté à ces institutions, sa "stratégie ainsi que les fiches projets correspondants aux études actuellement en cours, et qui seront finalisées au cours des prochains mois".

Selon M. Achi, cette somme indiquée "peut être considérée comme les premières annonces sur la base de premier jet d'un programme triennal" qui a été présenté aux partenaires.

Une deuxième rencontre entre le gouvernement ivoirien et ces bailleurs de fonds est prévue en décembre prochain.
Patrick Achi, a traduit à la clôture de cette première table ronde sur l'eau potable, son optimisme sur l'aboutissement de ce programme qui court jusqu'en 2015.

"Je n'ai aucun doute que ce montant sera plus important à la prochaine rencontre lorsque ce programme sera plus affiné et que vous aurez obtenu des informations beaucoup plus précises de vos hiérarchies pour annoncer les montants définitifs qui seront donnés", a souligné le Ministre Achi.

Pour atteindre les objectifs du millénaire en matière d'eau potable, des investissements d'environ 645 milliards de fcfa sont nécessaires en Côte d'Ivoire, d'ici à 2015.

Le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan a souhaité que tout soit mis en œuvre pour relever le défi de l'accès équitable des ''braves populations à cette source de vie, dans le cadre d'un partenariat bien compris, entre l'Etat et les partenaires au développement".

Pour résoudre ce problème crucial d'eau potable, l'Etat de Côte d'Ivoire a décidé notamment au plan institutionnel, de favoriser la production de l'eau potable par des opérateurs indépendants, afin d'aider l'Etat à résorber les importants déficits constatés.

Le constat dans le secteur de l'eau potable est alarmant d'autant plus qu'il y a près de 8000 points d'eau villageois à construire sur l'ensemble du territoire national. Plus de 470 localités de plus de 4000 habitants, dont 108 localités de plus de 10 000 habitants, ne disposent pas encore d'un système public de distribution d'eau potable, parce qu'équipées seulement de pompes à motricité qui sont totalement en inadéquation avec la demande.

Le district d'Abidjan, les grandes villes de l'intérieur du pays, les Chefs-lieux de région et de département, connaissent d'énormes déficits de production dus à la saturation des installations existantes.

Au total 13 institutions dont l'Agence Française de Développement (AFD), la BADEA, la BIDC, le fonds Koweitien, le Fonds Saoudien, l'UE, la Banque Mondiale, la Banque Européenne d'Investissement, la BAD, la BOAD, l'Office National de l'Eau et de l'Assainissement, l'Agence Japonaise de Coopération (JICA), ont pris part à cette table ronde.

JBK/ls/APA

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires