Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2862 du 11/7/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Politique

Crise postélectorale / Poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat Simone Gbagbo, Aké N’Gbo, Affi N’Guessan... seront jugés devant la Cour d’assises
Publié le jeudi 11 juillet 2013  |  L’intelligent d’Abidjan


Politique/Front
© Abidjan.net par Prisca
Politique/Front populaire ivoirien: Ouverture de la 20è édition de la Fête de la liberté, en présence du président du parti, M. Pascal Afi N`guessan
Jeudi 29 avril 2010. Abidjan, Yopougon. Célébration de la Fête de la Liberté sur le site du futur siège du Front populaire ivoirien (FPI). Photo: l`arrivée du président Affi N`guessan et de la première dame, Mme Simone Ehivet Gbagbo


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La chambre d’accusation du tribunal d’Abidjan a renvoyé "84 personnes devant la Cour d’assises", a déclaré à l’AFP Me Hervé Gouaméné, le mercredi 10 juillet. Toutefois, l’avocat a précisé que la date des procès n’était pas encore fixée. Parmi ces accusés figurent des personnalités détenues depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, c’est le cas notamment de Simone Gbagbo, de Michel Gbagbo, Aboudramane Sangaré et de Pascal Affi N’Guessan, ex-patron de l’ancien parti au pouvoir, le Front populaire ivoirien (FPI). D’autres personnes, incarcérées à la fin de la crise puis mises en liberté provisoire, comme l’ancien Premier ministre Gilbert Aké N’Gbo, comptent aussi parmi les 84 accusés qui seront jugés aux assises. Tous sont poursuivis pour "atteinte à la sûreté de l’Etat, complot contre la défense nationale, atteinte à l’autorité de l’Etat, constitution et direction de bande armée, attentat à l’ordre public", a expliqué Me Gouaméné. D’autres procédures judiciaires, engagées contre plusieurs d’entre eux pour "génocide", crimes de sang ou infractions économiques, se poursuivent parallèlement, a précisé Me Rodrigue Dadjé, un autre avocat du camp Gbagbo. Cependant, à l’issue de l’audience, certaines personnalités ont vu leurs charges abandonées, les juges ayant confirmé le non-lieu. Au nombre de ces personnalités, figurent Dr Blé, le médecin personnel de l’ancien président, Simon Koudou, le frère cadet de Laurent Gbagbo et Balo Bi Toto Jérôme, ancien sécretaire général de l’Université de Cocody.

FO

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires