Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article



 Titrologie



Dernière heure N° 64 du 12/7/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Économie

Toumodi - La Cie accusée de faux et de machinations
Publié le vendredi 12 juillet 2013  |  Dernière heure




 Vos outils




Madame Koffi, agent de la Cie licenciée résidant à Toumodi, estime qu’elle a été victime de faux et de machinations de la part de la Compagnie d’électricité de Côte d’Ivoire.
En substance, sa déclaration :« Agent de la Cie licencié, convoqué par la Cie pour changement de statut abonnement : tarif conventionnel Cie, en tarif normal comme tout client a payé ses consommations. J’ai répondu à l’appel avec l’index du jour en souscrivant un nouveau contrat. Ma première facture (99.190 FRS/CFA) reçue pose un litige suite à un index erroné. Le responsable de l’acte posé prend l’engagement de payer cette facture litigieuse, alors il procède à la résiliation de mon contrat à mon insu et en faire un autre abonnement sans mon consentement. Ignorant toutes ces transactions qui coïncident avec ma deuxième facture (33.065 FRS/CFA), je me rends au guichet de la Cie pour paiement de ma consommation le lendemain de la date limite, y compris les frais de recouvrement, 10% (3.255FRS/CFA) sur un compte actif. Ma surprise est de constater par les reçus de paiement (27.815 FRS/CFA) et (8.505 FRS/CFA) en plus de mon compte client, le paiement d’un contentieux (27.715 FRS/CFA) créé par la Cie et encore l’avance sur consommation, et les 10% pour un compte déjà résilié avant la date limite de paiement (8.405 FRS/CFA). Le 15/04/2013, je reçois un avis de pose compteur d’une consommation Mt : 80.650 FRS/CFA (02 bimestres) à l’abonnement (compte) souscrit par la Cie. Le 17/04/2013, j’adresse un courrier au chef de la section clientèle, que je suis partante pour le paiement de mes factures, à condition que mes factures proviennent du compte du contrat que j’ai moi-même souscrit (reconnu).Selon un courrier en date du 16/04/2013 dont j’ai reçu copie. Un retour du Directeur régional Yamoussoukro (le 14/05/2013) pour me signifier que je dois payer mes consommations, qu’il y a eu simplement une modification du code (identifiant) qui est un code propre à la Cie et pour éviter que le solde de la facture litigieuse en cours de paiement n’apparaisse sur les futures, et suivi de menaces sans reconnaître le faux créé.
N.B. : Ce code (identifiant) est automatiquement attribué au client après paiement de son contrat, et permet de connaître le nombre de successions sur le même branchement, et c’est à partir aussi de ce code que l’encaissement des factures se fait pour tout abonné, donc ne peut être modifié. Sauf si, et seulement si, il y a un réabonnement suite à une résiliation, ou souscription d’un autre contrat ou si le nombre de successions atteint 9, ou encore lors d’une recodification. En retour, un autre courrier de ma part à la Cie, pour rappeler les faits et toujours le faux créé, donc je ne peux effectuer de paiement de factures d’un compte non reconnu. Le 25/06/2013, dans l’après-midi, la Cie me suspend l’électricité (dépose compteur), jusqu’à ce jour. Rappel : Le contrat est une convention entre deux ou plusieurs personnes. Il ne peut être résilié, soit à la demande du client, ou une résiliation d’office par la Cie, en cas d’impayés ou fraudes. Une facture litigieuse ne peut en aucun cas, générer la résiliation d’un contrat, et en faire un autre. La procédure est de faire une mise en litige pour redressement. Les frais de recouvrement de 10% de la facture litigieuse ont été annulés, alors que cette facture, ayant pour date limite de paiement depuis le 06/09/2012 est en cours de paiement. Pourquoi une prise d’engagement de payer une facture litigieuse à index erroné ? Et annuler ses frais de recouvrement de 10% ? », a-t-elle clarifié . Nos tentatives pour avoir la version de la Cie de Toumodi sur ce litige sont restées vaines. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que Mme Koffi, en procédant ainsi, entend saisir qui de droit pour la manifestation de la vérité. Le président Alassane Ouattara ne s’est-il pas engagé à rendre justice aux plus faibles ? Madame Koffi veut bien croire en une justice pour les pauvres

Dos (Correspondant)

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires