Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Bouaké: La Fesci opte pour la non-violence et le "départ nouveau"
Publié le dimanche 14 juillet 2013  |  AIP


Université
© AFP par ISSOUF SANOGO
Université de Cocody : le calvaire des étudiants aux arrêts de bus.
Jeudi 16 mai 2013. Abidjan. Après les cours, les étudiants de l`Université Félix Houphouët-Boigny doivent patienter dans une longue file d`attente avant d`avoir accès aux bus.


 Vos outils




Bouaké - La coordonnateur de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire, (FESCI) dans les grandes écoles des zones centre et nord, Atsain Pacôme, a déclaré samedi que sa fédération est désormais inscrite dans le "départ nouveau" et entend œuvrer sous le triptyque ''critiquer, proposer et bâtir'' pour améliorer les conditions de vie des élèves et étudiants.

''Nous nous inscrivons dans la charte de la non-violence et nous engageons dans le départ nouveau qui a commencé dans toutes les Universités'' a déclaré Atsain Pacôme, samedi, lors d'un point de presse tenu au restaurant de l'Université Alassane Ouattara de Bouaké.

Il a fait savoir que le mot violence est désormais banni du langage et dans le comportement des membres de sa fédération, et qu'il n'y a plus d'animosité entre la Fesci et les associations-sœurs.

Atsain Pacôme a aussi déploré que malgré l'esprit de pacification qui prevaut à la Fesci celle-ci soit interdite de mener ses activités sur le campus.

Il a informé de ce qu'une assemblée générale de la Fesci, prévue le même jour (samedi) a été interdite, bien que les autorités universitaires et de la police aient été informées depuis deux semaines et aient donné leur accord, a-t-il dit

''Et pourtant d'autres associations sont autorisées, ce jour, à tenir leurs assemblées ici au campus. Il ne faut pas que la Fesci soit traitée de la sorte, et que son engagement pacifique ne soit négligé'' a déclaré, pour sa part, le coordonnateur centre nord de la Fesci dans les Universités publiques, Traoré San Gaêl.

Les responsables locaux qui tiennent à donner une nouvelle image de la Fesci disent respecter la décision de l'autorité universitaire et souhaitent que les conditions de vie et d'études de leurs camarades soient améliorées.

''Notre assemblée avait justement pour objectif de calmer les étudiants qui connaissent des difficultés académiques, de logement, et faire des propositions aux responsables universitaires pour la bonne marche de notre institution'' a fait savoir Traoré Gaêl.

nam/kkp/tm

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires