Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4094 du 16/7/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Une sorte de chantage
Publié le mardi 16 juillet 2013  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

« Après l’effort, la récompense », a-t-on coutume de dire. Mais pour certains démobilisés, cette récompense doit être immédiate. Et que réclament-ils à l’Etat ? 40 millions de FCFA par personne. Depuis quelques mois, en effet, ils donnent de la voix. Ils ont bruyamment manifesté à Bouaké, Man et Boundiali, exigeant que leur soient versés, à chacun ici et maintenant les 40 millions en question. Non contents de n’avoir eu gain de cause, ces derniers sont apparemment passés à une autre phase, dans leurs revendications. De lourds soupçons pèsent sur eux en ce qui concernent les attaques perpétrées contre des convois officiels ces derniers temps. Le mode opératoire et les armes utilisées dans l’attaque du cortège du patron de l’ADDR, Fidèle Sarrassoro, le 1juiller dernier et du préfet de Sinémantiali, Gueu Patrice et du maire adjoint de la même ville, Mamadou Diaby, samedi dernier, finissent par convaincre de leur implication dans ces attaques. Le chef de l’Etat qui, certainement mieux informé des événements, n’a pas manqué d’interpeller les démobilisés qui s’adonnent à ce jeu dangereux en ces termes : « Soyez un peu patients et vous verrez que nous trouverons du travail à tous, sans exception. Certain d’entre vous sont devenus des coupeurs de route, je vous demande d’abandonner cette voie », leur a-t-il conseillé en bon père de famille. Contrairement à ce que pensent certains d’entre eux, l’objectif du chef de l’Etat et du gouvernement n’est pas de distribuer de l’argent. Mais de les sortir plutôt de l’oisiveté, en donnant à chacun un métier ou un emploi. Toute chose qui garantira leur avenir. Il faut en réalité éviter que les ex-combattants ne deviennent des délinquants, une fois qu’ils auront fini de dilapider les fonds, qu’ils réclament. Un proverbe chinois ne dit-il pas: « mieux vaut apprendre à pêcher qu’à distribuer du poisson ». Il est donc inutile de faire un chantage, de faire pression sur le gouvernement qui sait où il va. Et qui, depuis déroule son calendrier. Des signaux forts, en termes de réinsertion des ex-combattants, sont en train d’être donnés par les autorités compétentes. Il faut laisser le soin au gouvernement de se donner les moyens pour résoudre cet épineux problème. Dans l’intérêt des ex-combattants et même et de l’Etat. Force étant toujours à la loi, les ex-combattants doivent comprendre qu’ils sont perdants dans ce bras de fer qu’ils veulent engager avec l’Etat. « Vous pouvez perdre la vie. De grâce, soyez patients », avait averti Alassane Ouattara. Les éléments de la gendarmerie déployés dans le Hambol, ont été sans pitié pour les coupeurs de routes. Plusieurs d’entre eux ayant perdu la vie.

Thiery Latt

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires