Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Présidentielle au Mali: La Cédéao n’a "plus de doutes" sur le respect de la date du 28 juillet
Publié le jeudi 18 juillet 2013  |  AFP


43è
© AFP par DR
43è Session ordinaire de la Conférence des Chefs d`Etat et de Gouvernement de la CEDEAO
Jeudi 18 juillet 2013. Abuja (Nigeria). La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) réuni pour la 43ème Session Ordinaire du sommet d`ECOWAS. Photo : Le Président ivoirien Alassane Ouattara


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABUJA - Les dirigeants ouest-africains ont dit jeudi ne pas avoir de doutes sur la tenue du premier tour de la présidentielle au Mali à la date fixée, affirmant croire en un scrutin "juste, libre et transparent" le 28 juillet malgré les difficultés. L’élection prévue dans dix jours est censée rétablir l’ordre constitutionnel interrompu par un coup d’Etat en mars 2012 à Bamako et suit l’intervention de la France et de troupes africaines qui ont chassé les groupes armés qui occupaient le nord du Mali depuis 2012. Son organisation a été au centre du 43e sommet ordinaire de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 pays), qui s’est achevé jeudi à Abuja. "Les chefs d’Etat et de gouvernements félicitent les autorités maliennes et
les partis poltiques (...) pour le consensus sur la tenue de l’élection présidentielle le 28 juillet 2013 ainsi que pour les préparations en cours en vue d’un scrutin juste, libre et transparent", dit le communiqué final. "Il n’y a plus de doutes" sur le fait que la présidentielle malienne se tiendra "à la date indiquée" a ajouté le président ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao, dans son discours de clôture. Interrogé sur le cas de la ville de Kidal, à 1.500 km au nord-est de Bamako, fief des Touareg et de leur rébellion, M. Ouattara a affirmé à l’AFP
que "les élections auront lieu à Kidal comme partout dans le pays". Tiébilé Dramé, candidat à la présidentielle malienne et artisan d’un accord de paix entre Bamako et la rébellion touareg, avait pourtant annoncé mercredi le retrait de sa canidature notamment parce que "les conditions de tenue de ce scrutin sont loin d’être réunies" dans cette ville. Kidal était occupée depuis février par les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), jusqu’à leur cantonnement qui s’est fait en parallèle à l’arrivée le 5 juillet de quelque 150 soldats maliens,
conformément à un accord de paix signé le 18 juin à Ouagadougou. Le président de la Commission électorale nationale indépendante du Mali avait aussi déclaré en juin qu’il serait "extrêmement difficile d’organiser" cette élection à la date prévue tant les "défis à relever" sont encore nombreux. Mais le gouvernement malien de transition fait face à une forte pression de
la communauté internationale, dont la France, pour maintenir la date du vote. "Rien n’est simple dans la vie, mais il faut aller de l’avant (...) et je crois que la classe politique malienne dans son ensemble et les Maliens ont la volonté de faire cette élection pour tourner la page", a déclaré M. Ouattara à l’AFP.
cdc/jlb

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires