Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Le "Médiateur de Côte d’Ivoire" à l’école de son homologue burkinabé
Publié le vendredi 19 juillet 2013  |  AIP




 Vos outils




Abidjan- Une délégation de l'institution "Médiateur de la République de Côte d'Ivoire", en marge de la 5ème réunion du comité exécutif de l'Association des ombudsmans et médiateurs africains (AOMA) tenue à Ouagadougou récemment, s'est rendue au siège du Médiateur du Burkina Faso.


Conduite par la Conseillère spéciale du Médiateur de la République chargée des affaires juridiques et de la gestion des réclamations, Sangaré Kadiatou Ly, la délégation ivoirienne, dans le cadre de la restructuration de l'institution, s'est fait expliquer le fonctionnement du Médiateur du Faso.


Le Coordonateur chargé du suivi des activités des délégations régionales et des correspondants du Médiateur du Faso dans les administrations publiques, Bouréima de Salam Ouédraogo, a expliqué à la Conseillère et au chef de cabinet du Médiateur délégué des Lagunes 1, Kla Konan, la manière dont les requêtes sont reçues et traitées au niveau de son institution.


Selon M. Ouédraogo, la coordination a été mise en place pour servir d'interface entre le siège et les délégations régionales d'où la majorité des requêtes.


Dans la pratique, a-t-il fait savoir, les délégués régionaux reçoivent et étudient les requêtes en fonction de leurs capacités. Mais si elles dépassent le cadre régional alors, ils les transmettent au siège.


"Une fois par an se tient une réunion bilan qui permet d'analyser et d'apporter des solutions nécessaires à la gestion des réclamations", a ajouté le coordonnateur burkinabé qui, durant deux heures et demi, ce 21 juin, a entretenu ses hôtes sur le fonctionnement du Médiateur du Faso, notamment son objectif, sa visibilité, son rapprochement et la mise en confiance avec ses usagers, pour permettre aux réclamants de le saisir davantage.


Mme Sangaré, en retour, a indiqué que l'Institution ivoirienne est en pleine restructuration avec la mise en œuvre son organigramme émanant du décret du 1er août 2007 fixant les attributions, l'organisation et le fonctionnement de l'Organe de médiation.

A ce titre, a-t-elle, expliqué un texte a été transmis au ministre auprès du président de la République, chargé des relations avec les Institutions de la République pour être présenté en Conseil des ministres.


Dans ce projet de décret, selon la Conseillère spéciale, il est prévu la mise en place d'une division pour la gestion des réclamations et un projet de décentralisation pour la création de six délégations régionales.


Concernant la gestion informatisée des réclamations, il est prévu la mise en place du système intégré de gestion informatisée des réclamations (SIGIR) dont l'objectif est d'automatiser la gestion des dossiers de réclamations, avec un suivi professionnel.


En attendant l'effectivité du projet la cheffe de la délégation ivoirienne et le coordonnateur chargé du suivi des activités des délégations régionales et des correspondants du Médiateur du Faso dans les administrations publiques ont convenu de poursuivre l'échange d'expérience et le partage des bonnes pratiques pour plus d'efficacité dans le travail de médiation par le canal d'internet.


La 5ème réunion du comité exécutif de l'Association des ombudsmans et médiateurs Africains (AOMA) s'est tenue du 18 au 21 juin, dans la capitale burkinabé sur le thème "Le Médiateur/Ombudsman africain: Promoteur de l'Etat de droit et de paix sociale".


Ont pris part à cette rencontre les ombudsmans et médiateurs ou leurs représentants de l'Afrique du Sud, de l'Angola, du Burkina Faso, de la Côte d'Ivoire, du Gabon, de l'Ile maurice, de la Namibie, et du Niger.

(AIP)

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires