Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4097 du 19/7/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Région

Mont Peko : Un mois aux hommes d’Amédé Ouérémi pour déguerpir les lieux
Publié le vendredi 19 juillet 2013  |  Le Patriote


Formation
© Abidjan.net par PRISCA
Formation militaire: sortie de la 27ème promotion de militaires à Akouédo, baptisé promotion Roger N`Guessan en présence du ministre délégué à la défense Paul Koffi Koffi et de plusieurs personnalités
Vendredi 10 mai 2013. Akouédo


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Plus de place pour la complaisance. L’Etat a décidé d’étendre son autorité sur l’ensemble du territoire. Pas de place désormais pour un Etat dans l’Etat.
Ainsi, après la forêt de Négré, le pouvoir ivoirien a-t-il décidé de faire régner sa suprématie sur le mont Peko. Hier, les hommes d’Amédé Ouérémi, arrêté il y a quelques jours, ont été sommés de déguerpir les lieux. Et ce, dans un délai de trois mois.
L’émissaire du gouvernement, Paul Koffi Koffi, ministre auprès du Président de la République chargé de la Défense, s’est voulu catégorique. « Dans tous les pays du monde, la terre appartient à l’Etat. Personne ne peut en user sans son aval », a-t-il fait savoir. Non sans indiquer la particularité du mont Peko.
« C’est une forêt classée. Nul n’a le droit de s’y introduire. Aujourd’hui, l’Etat a décidé de récupérer son patrimoine. Mais pour vous montrer que nous n’avons rien contre vous, nous vous donnons trois mois. Le temps de faire vos bagages pour partir sur d’autres sites, qui ne sont pas dits classés», a-t-il indiqué. Sur la même lancée, il a invité tous ceux qui possèdent les armes à les déposer dans un délai d’un mois. « Vous pouvez durant ce délai déposer les armes sans difficultés. Mais passé ce délai, nous seront amenés à user de la force.
Nous allons alors perquisitionner toutes les maisons, toute la forêt et mettre aux arrêts tous ceux qui seront pris la main dans le sac », a-t-il menacé. Revenant sur les causes de l’arrestation d’Amédé Ouérémi, Paul Koffi Koffi a rappelé qu’elle est intervenue après plusieurs interpellations. « Dans un pays, un civil n’a pas le droit de porter les armes, à moins qu’il est un permis de port d’arme. Il est aussi interdit aux civils d’entretenir des hommes en armes, comme le faisait votre frère. Cela s’appelle entretenir une milice.
Voici pourquoi, nous l’avons arrêté », a-t-il expliqué. Le ministre a, en outre, mis en garde tous les coupeurs de route, tous ceux qui viole ou qui menacent les populations avec leurs armes. « Nous serons sans pitié », a-t-il averti. Ganamé Youssouf, porte-parole des populations et l’imam Sankaré Brahima, ont pris l’engagement de se soumettre à la décision du gouvernement. « Nous avons pris bonne note de ce que vient de dire le ministre. Nous allons nous plier à la décision du gouvernement », ont-ils rassuré.

Thiery Latt (Envoyé spécial)

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires