Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Bientôt un deuxième établissement pénitentiaire à Abidjan
Publié le jeudi 25 juillet 2013  |  AIP


M.
© Ministères par DR
M. Bruno Koné,Ministre de la poste et des TIC.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le gouvernement va bâtir un deuxième établissement pénitentiaire à Abidjan notamment à Port-Bouët pour décongestionner la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) sise à Yopougon devenue "vétuste", a annoncé son porte-parole, Bruno Nabagné K



Le gouvernement va bâtir un deuxième établissement pénitentiaire à Abidjan notamment à Port-Bouët pour décongestionner la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) sise à Yopougon devenue "vétuste", a annoncé son porte-parole, Bruno Nabagné Koné, au terme d’un conseil des ministres tenu jeudi.

Bâti en 1980 pour quelque 1.500 pensionnaires, la MACA, unique prison civile d’Abidjan jusque-là, accueille à ce jour près de 5 000 détenus vivants dans la promiscuité. Une situation qui engendre de fréquentes tentatives d’évasion. La dernière en date a été enregistrée dans la soirée de mardi et s’est soldée par la mort de trois détenus, rappelle-t-on.

La construction de la prison de Port-Bouët qui devrait intervenir dans les meilleurs délais, selon le porte-parole du gouvernement, intègre un grand programme de construction de dix nouveaux établissements de ce type tant à Abidjan que dans neuf autres localités de l’intérieur du pays, notamment à Adzopé, Abengourou, Aboisso, Daloa, Grand-Bassam, korogho, Soubré, Sassandra et Issia.

"Il n’y a jamais de fierté pour un Etat de construire des prisons mais c’est un devoir", a déclaré par ailleurs M. Koné, lors de son compte-rendu du conseil, précisant qu’il s’agit ainsi pour la Côte d’Ivoire de "remplir convenablement" l’obligation qu’elle a de protéger ses citoyens tout en garantissant aux personnes incarcérées un traitement humain.

"Vous savez, nos prisons sont vétustes, sont en surcharge et il est du coup difficile pour l’Etat de remplir convenablement cette obligation qu’il a envers l’ensemble des Ivoiriens", a laissé entendre le ministre Bruno Nabagné Koné.

Les prisons qui seront construites auront une capacité d’accueil de 300 à 500 places, selon le ministre Nabagné Koné. Elles "seront aux normes internationales" et "répondront aux impératifs de protection des droits de l’Homme", a-t-il assuré.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires