Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2885 du 9/8/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Politique

Amani N’Guessan, 3ème vice-président : « On les a arrêtés pour rien, et on les libère pour rien »
Publié le vendredi 9 aout 2013  |  L’intelligent d’Abidjan


Conférence
© Abidjan.net par Atapointe
Conférence de presse du FPI relative à sa participation aux élections municipales et régionales de 2013
Jeudi 21 mars 2013. Siège du FPI à la Riviera Attoban. Le secrétariat général du Front Populaire Ivoirien (FPI) a tenu une conference de presse pour donner sa position sur sa participation aux prochaines élections municipales et régionales. Photo : Amani Michel N`Guessan


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

« C’est une joie que nous éprouvons de voir nos camarades recouvrer la liberté. La première chose à faire, c’est de manifester une satisfaction profonde. Mais à y réfléchir de très près, cette satisfaction a des limites. A cause d’abord de la nature de la liberté, car c’est une liberté provisoire. Par rapport à la crise postélectorale, nous aurions souhaité simplement une libération pure et simple sans conditions. Ensuite, par rapport au nombre des libérés. Nous en avons seulement 14 sur 713, c’est peu. Je dirais même que c’est insignifiant. Voyez qu’aux satisfactions que je fais, il y a quand même un fond d’amertumes. Mais pour le moment, nous apprécions ce qui a été fait par le gouvernement. Entre l’acte de justice et l’acte politique, nous ne faisons pas de différence. En Côte d’Ivoire, la politique et la justice se confondent. Nous avons toujours souhaité que l’acte posé soit un acte purement politique, parce que c’est pour des raisons politiques que nos camarades ont été arrêtés. Mes sentiments sont donc mitigés et j’ai la gorge noué parce que ce n’est pas normal que dans un pays démocratique, on arrête des gens pour rien et on les libère pour rien aussi. Il ne fallait pas les arrêter. C’était des otages. On attend du gouvernement, la suite qu’il va donner à cette affaire. Si ce sont des délits qui ont été commis pendant la crise, ce n’est pas seulement du côté de Gbagbo que ces délits ont été commis. Pourquoi cette mise en scène grotesque, surtout que ce fut douloureux. Pendant deux ans, des pères de familles ont été privés de liberté »

Kouamé Oi Kouamé Bernard, frère d’Affi N’Guessan: « Merci au Président Ouattara, mais qu’il fasse plus »
« C’est un très grand jour pour moi-même, ainsi que pour toute la famille. Nous sommes venus accueillir le président Pascal Affi N’Guessan ainsi que tous les militants avec lui. Nous voulons remercier les autorités qui ont bien voulu permettre cette libération salvatrice pour la réconciliation. Le Président Alassane Ouattara a fait un geste en faveur de la paix et toute la famille par ma voix lui dit grand merci. Nous avons espoir que cette libération provisoire soit définitive parce que, en tant qu’homme politique, je sais que c’est dans le cadre de la politique que ces personnes ont été emprisonnées. Tous ces problèmes trouveront leur solution politiquement. La justice fera son travail, mais je sais que la politique est au dessus de tout. Je compte sur le Président Ouattara afin que cette question soit définitivement tranchée ».

Aïchatou Mindaoudou (Chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) :
« Ce développement est porteur d’apaisement entre tous les acteurs politiques ivoiriens »
«La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire et Chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire(ONUCI), Mme Aïchatou Mindaoudou, prend acte et salue la décision de la chambre d’accusation du Tribunal d’Abidjan d'accorder ce jour, la liberté provisoire à quatorze (14) personnalités proches de l'ancien Président Laurent Gbagbo. Parmi ces personnalités figurent le Président du Front populaire ivoirien (FPI), M. Pascal Affi N'Guessan, la Présidente des Femmes Patriotes, Mme Bro Grébé Généviève, le fils de l’ancien Président, M. Michel Gbagbo, l'ex-Secrétaire général par intérim du FPI, M. Alphonse Douaty et l'ex-Ministre de la Défense, M. Lida Kouassi. Pour la Représentante spéciale « ce développement est porteur d’apaisement entre tous les acteurs politiques ivoiriens. Il contribue à la poursuite d'un processus judicaire plus équitable et favorise la reprise d'un dialogue national véritablement républicain en vue d'une réconciliation durable en Côte d'Ivoire». Mme Aïchatou Mindaoudou encourage toute la classe politique ivoirienne à saisir cette occasion pour s'engager résolument dans le dialogue politique inclusif et la réconciliation nationale seuls gages du rétablissement d'une paix durable et d'une relance économique soutenue en Côte d'Ivoire».

O.G

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires