Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4117 du 14/8/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Père Augustin Obrou, responsable communication de la cathédrale Saint Paul, à propos de l’Assomption : “Les Catholiques n’adorent pas Marie, ils la vénèrent”
Publié le mercredi 14 aout 2013  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Les Chrétiens catholiques célèbrent demain, l'Assomption. Une fête essentiellement dédiée à Marie, la mère de Jésus Christ. Dans cette interview, le père Augustin Obrou, responsable communication de la Cathédrale Saint Paul d’Abidjan, explique pourquoi une fête à l'honneur de la mère du sauveur et les dispositions à prendre.
Le Patriote : Pour le profane, c'est quoi l'Assomption ?
Père Augustin Obrou: La fête de l'Assomption commémore la montée de Marie au ciel. A cette fête qui est célébrée tous les 15 août, les Chrétiens catholiques se souviennent de ce que Pape Pie XII disait quand il affirmait le 1er novembre 1950 au sujet de la foi en l'Assomption de la Vierge Marie : « l'immaculée mère de Dieu Marie toujours Vierge après avoir achevé le cours de sa vie terrestre à été élevée en corps et âme à la gloire céleste ».

LP : Quelle est la portée religieuse de cet évènement ?
PAA : La portée religieuse, c'est que Dieu permet à une des ses créatures de venir à lui avec son corps. C'est l'affirmation de l'exceptionnelle sainteté de Marie, celle qui n'a jamais refusé à Dieu la plus petite preuve d'amour.

LP : Pourquoi vénérer Marie, alors que c'est Jésus Christ le messie ?
PAA : Je vous remercie parce que généralement, la question est mal formulée. Je voudrais par votre canal, affirmer haut et fort que les Catholiques n'adorent pas Marie. Ils la vénèrent. Vénérer Marie est un devoir, puisqu'elle est la mère d'un fils, qui est Dieu. Et cette vénération prend sa source dans les Saintes Ecritures. C'est à la suite de l'Ange Gabriel que nous disons : « Je te salue, toi la comblée de grâce, le Seigneur est avec toi » (Luc 1, 28). Avec Elisabeth nous affirmons : «Tu es bénie entre toutes les femmes et Jésus, ton fils est béni » (Luc 1, 42). D'ailleurs, Marie elle-même l'avait prophétisé : « Oui, dès maintenant, les hommes de tous les temps me diront bienheureuse » Luc 1, 48.
LP : Quelle est la place de Marie dans l'Eglise catholique ?
PAA : Catholiques, nous adorons Dieu seul et nous savons que Jésus est notre seul Médiateur auprès du Père. Mais nous croyons que le rôle de Marie, dans l'histoire de notre salut, n'est pas achevé. C'est par elle que Jésus s'est fait l'un de nous et nous a sauvés. Maintenant que Marie est au ciel, elle continue d'intercéder auprès de Jésus en notre faveur. Marie exerce un rôle maternel auprès de chacun de nous, et ce rôle ne porte pas ombrage à Jésus, notre unique Médiateur, puisque c'est auprès de Jésus, son Fils, qu'elle intercède en notre faveur. C'est en ce sens que les catholiques appellent Marie « Médiatrice de toutes grâces », Jésus est notre seul Médiateur auprès du Père, et Marie est notre Médiatrice auprès de son Fils Jésus, notre seul sauveur.

LP : Dans quelles dispositions le fidèle doit commémorer l'évènement ?
PAA : Dans la ferveur et la piété.

LP : Comment la fête sera-t-elle célébrée d'une manière générale?
PAA : De manière générale, le 14 août au soir, nous avons des vigiles qui se terminent par la messe solennelle du jour. Nous aurons pour certaines paroisses des processions avec la fanfare après la messe.

Réalisée par Dao Maïmouna

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires