Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Côte d’Ivoire: Soro, le ’’sachant’’ dit sa part de vérité et appelle au pardon
Publié le mardi 20 aout 2013  |  APA


Pour
© Le Jour Plus par DR
Pour la réussite de la visite du Président Guillaume Soro à Gagnoa: l`honorable Trazéré Olibé Célestine mobilise une quarantaine de leaders et de chefs de villages d’Issia
Du 14 au 17 août 2013, à la demande de la Députée Trazéré Olibé Célestine, une délégation venue d’Issia composée de 40 chefs de villages du département, de 9 leaders de communautés allogènes et des enfants du groupe de danse (les petits danseurs d’Issia) a séjourné dans la région du Gôh.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Abidjan (Côte d’Ivoire) - La visite de trois jours effectuée dans le département de Gagnoa, fief de l’ancien Chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, a permis au président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro, le ’’sachant’’ de la crise postélectorale de restituer la vérité des faits aux parents du fondateur du Front populaire ivoirien ( Fpi, ex-parti au pouvoir).

En apôtre de la paix, il a exhorté du 15 au 18 août, les populations visitées à taire les rancœurs et récriminations pour pardonner et emprunter le train de la réconciliation qui conduit au développement.

A l’initiative des chefs traditionnels du département de Gagnoa (285 kms d’Abidjan, situé au Centre-Ouest du pays), Guillaume Kigbafori Soro, président de l’Assemblée nationale, a séjourné durant trois jours dans la région d’origine de l’ex-Chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, poursuivi par la Cour Pénale Internationale (CPI) pour ‘’crimes conte l’humanité, crimes de guerre…’’,depuis novembre 2011 après la crise postélectorale qui a fait plus de 3000 morts et de Charles Blé Goudé, ex-leader des Patriotes, gardé au secret à Abidjan, depuis janvier 2013, après son extradition d’Accra où il était en exil.

La visite de la deuxième personnalité de l’Etat dans une région, profondément, attachée à la personne de Laurent Gbagbo détenu à la Haye, constituait, pour certains, un voyage périlleux et pour d’autres, c’était l’occasion de briser le mur de méfiance pour se regarder et se parler, car, ’’le département de Gagnoa ne doit pas se mettre en retrait du vent de la réconciliation qui souffle sur le pays’’.

Et lorsqu’à deux jours de l’arrivée de l’hôte dans la région, des ’’cadres’’, majoritairement, militants du Fpi, conduits par l’ex-ministre de l’Agriculture puis de la Réconciliation de Laurent Gbagbo, Sébastien Danon Djédjé, Secrétaire général adjoint dudit parti, également, fils de la région, demande à Guillaume Soro, dans un communiqué, de limiter ’’sa visite à la seule commune de Gagnoa’’ en faisant abstraction de certaines étapes, notamment, celles des sous-préfectures d’Ouragahio et Guibéroua, le risque était encore plus grand pour le successeur de Mamadou Koulibaly au perchoir, de s’y rendre.

Non, seulement, M. Soro a séjourné à Gagnoa sans modifier son programme initial de la tournée mais il a eu droit, à chaque étape, à un accueil chaleureux et délirant, des populations qui l’ont adopté comme à Gnagbodougnoua ( il y a été intronisé Chef) avant de lui soumettre des doléances qui portent, pour l’essentiel, sur la construction ou la réhabilitation d’infrastructures.

Pendant son séjour dans la région, en privé comme en public, Guillaume Soro tenait le même langage : le pardon. Pour s’inscrire dans le processus de réconciliation. Même si pour beaucoup dans la région, la présence de M. Gbagbo à La Haye constitue un cactus sur le chemin qui mène à la réconciliation nationale, il n’en demeure pas moins que M. Soro a multiplié les exemples pour convaincre les parents et autres partisans de l’ex-Président de la République à ’’accepter de tourner la page de la défiance’’ de l’autorité.

’’Je ne suis pas venu ici pour provoquer quelqu’un. Et je ne vous demande pas de renier votre fils Gbagbo ; je ne vous demande pas, également, d’aimer Ouattara mais il est pour le moment, le Président de la république. Et à ce titre, c’est qui peut apporter le développement dans votre région’’, a souvent insisté le Chef du parlement ivoirien durant son périple dans la région.

Mais, M. Soro qui était attendu par les populations pour ’’avoir’’ des nouvelles de leurs fils Gbagbo et Blé Goudé, n’a pas utilisé de langue de bois pour dire et expliquer, dans les moindres détails, les violences postélectorales qui ont fait 3.000 morts pour lesquelles des fils de Gagnoa dont les plus célèbres, Laurent Gbagbo ( à la Haye) et son fidèle collaborateur, Blé Goudé ( tenu au secret à Abidjan) sont poursuivis par la justice.

Revenant sur les élections présidentielles de novembre 2010, qui ont engendré la crise de décembre 2010 à avril 2011, Guillaume Soro, alors Premier ministre, a martelé que sa ’’foi chrétienne’’ ne lui permettait pas de mentir. C’est pourquoi, fixant les parents de Gbagbo, droit, dans les yeux, il leur a répété à maintes reprises que ’’Gbagbo n’a pas gagné les élections. Le vainqueur c’est Alassane Ouattara. Je le lui (Gbagbo) ai dit mais il a préféré écouter ceux qui lui disaient +Prési, y a rien, c’est toi qui a gagné+. Mais c’est faux ! Ils ont menti à Gbagbo’’ a indiqué l’hôte des Bété (peuple de la région).

’’ Je ne peux pas mentir aux Ivoiriens. Celui qui a gagné les élections en 2010, s’appelle bien Alassane Ouattara. Je ne suis pas partisan de cette amitié dans laquelle l’on soutient son camarade même dans le mensonge’’ soulignait Guillaume Soro.

A ceux qui l’accusaient d’avoir trahi l’ex-Chef de l’Etat dont il était le Premier ministre, sans faux fuyants, Guillaume Soro a lâché qu’il ’’n’a trahi personne. Ceux qui l’ont trahi, ce sont ceux qui l’ont blagué en ne lui disant pas la vérité, en lui disant qu’il a gagné les élections et qu’ils sont prêts à donner leur poitrine’’ avant d’ajouter que ses fonctions de Chef de gouvernement ne consistaient pas à être le ’’directeur de campagne’’ de Gbagbo.

Des appels forts alliant fermeté et courage ont meublé la plupart des messages de Guillaume Soro à Gagnoa pour expliquer aux populations qui n’ont pas encore fini de faire ’’le deuil’’ des violences postélectorales, l’impérieuse nécessité d’aller à la réconciliation pour une paix durable. Car, de l’avis du patron des députés ivoiriens, les vraies préoccupations des populations de Gagnoa ont pour noms pauvreté galopante, inexistence d’infrastructures routières…

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires