Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2848 du 20/8/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Côte d’Ivoire / Protection du patrimoine forestier : 30 acteurs de la société civile formés
Publié le mardi 20 aout 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

L’exploitation forestière illégale qui s’opère dans les pays producteurs et le commerce du bois qui lui est associé, ont atteint une ampleur inquiétante. Ils représentent à ce jour, 10 milliards de dollars US (4500 milliards de FCFA) au niveau mondial et un manque à gagner de 5 milliards de dollars US pour les gouvernements. En Côte d’Ivoire, le volume annuel de bois est estimé à 400.000 m3.

Face à ce fléau, que faire ? Comment freiner le désastre ? C’est le sens de la tenue d’un atelier national de renforcement des capacités à l’intention de 30 acteurs de la société civile ivoirienne, organisé du 18 au 21 Août dernier, par l’Ong Sos-Forêts, le Club Union Africaine Côte d’Ivoire (Club UA-CI), la Ligue Ivoirienne des Droits de l’Homme (Lidho) et le Mouvement Ivoirien des Droits Humains (Midh), dans un hôtel de Yamoussoukro. Financé par le Fonds mondial de l’alimentation (Fao), cet atelier visait à former ces acteurs issus de domaines divers (sécurité foncière, droit de l’homme, gouvernance forestière et ressources naturelles, conservation et aspects sociaux) à la conduite efficace des négociations de l’Apv/Flegt devant aboutir à la conclusion d’un accord profitable à la Côte d’Ivoire. Le processus Flegt (Forest Law Enforcement, Governance and Trade qui signifie Application des Réglementations Forestières, Gouvernance et Echanges Commerciaux) est une réponse de l’Union Européenne à ce fléau. A l’instar des pays comme le Ghana, le Congo, le Cameroun, le Libéria, l’Indonésie et la République Centrafricaine qui ont déjà signé un Accord de partenariat volontaire (APV)/ Flegt, la Côte d’Ivoire a entamé des consultations régionales depuis juin 2011, marquant ainsi son engagement au processus. Selon Dr. Egnankou Wadja Mathieu président de l’Ong, cet engagement commande de solutionner un certain nombre de problèmes.

Notamment les questions de gouvernance forestière, la définition de la légalité, et l’application vigoureuse des textes de loi en matière forestière. « L’implication suffisante de toutes les parties prenantes notamment les opérateurs économiques de la filière bois et surtout les organisations de la société civile dans une plateforme multi-acteurs de négociation, est une exigence obligatoire », a-t-il dit. L’adoption du plan d’action Flegt par la Commission Européenne vise à promouvoir l’application effective de la loi forestière et des principes de bonne gouvernance dans la filière bois du pays producteur. Ainsi, il s’agit de présenter aux participants, le processus Apv/Flegt et les opportunités qu’il offre, les outils nécessaires en matière d’approche de la société civile. Il s’agira aussi de réfléchir sur la création d’une plateforme et, de préparer les représentants de la société civile pour les interventions suivant les thèmes stipulés dans la feuille de route de l’Apv. Afin, il s’agira de leur permettre de disposer d’arguments techniques et scientifiques à même de les aider à répondre aux nombreuses sollicitations qu’exige le processus.

Diallo Harry

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires