Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Côte d’Ivoire : appel à l’accélération de la décrispation de la vie politique
Publié le mardi 20 aout 2013  |  Xinhua


Politique:
© Abidjan.net par Atteby
Politique: Le FPI accueille ses militants après leur libération provisoire
Mardi 06 Aout 2013. Riviéra Attoban. Des ex-détenus qui ont bénéficié de la liberté provisoire ont eu droit à un accueil chaleureux réservé par les militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien (FPI). Photo : Michel Gbagbo.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN -- Le Front populaire ivoirien (FPI, de Laurent Gbagbo) a salué lundi le "geste d'apaisement" du président Alassane Ouattara et l'a appelé à "accélérer la décrispation" de la vie politique en Côte d'Ivoire après la mise en liberté provisoire d'une douzaine de ses hauts responsables détenus depuis la fin de la crise post-électorale de 2010-2011.

Le 6 août, la justice ivoirienne a décidé d'accorder la liberté provisoire à une douzaine de personnalités de l'ancien régime dont le président du FPI, Pascal Affi N'guessan, et Michel Gbagbo, fils de l'ex-président ivoirien, poursuivis pour leur rôle présumé dans la crise post-électorale qui a fait au moins 3 000 morts en Côte d'Ivoire.

"Le FPI se félicite de l'élargissement de sa haute direction", indique un communiqué du secrétaire général par intérim transmis lundi à Xinhua.

Tout en "rendant hommage à la Justice ainsi qu'aux avocats", le FPI "apprécie" la mise en liberté provisoire de ses cadres qu'il qualifie de "geste d'apaisement" du chef de l'Etat, Alassane Ouattara.

Il "exhorte" M. Ouattara à "accélérer la décrispation du contexte sociopolitique", poursuit le communiqué.

Le FPI, qui a boycotté les élections législatives et locales, a toujours réclamé la libération de ses responsables et militants en détention pour renouer le dialogue avec le pouvoir.

Près de 80 partisans de Laurent Gbagbo attendent d'être jugés en Cour d'assises pour divers crimes, dont atteinte à la sûreté de l'Etat et crimes économiques.

La "décrispation" passe par "la libération de tous les autres prisonniers", insiste le communiqué du FPI qui demande également "la facilitation du retour de tous les exilés pro-Gbagbo ainsi que le dégel de leurs avoirs bancaires, la réhabilitation et la restitution de leurs domiciles".

"Le FPI est prêt à jouer sa partition dans le dialogue politique et le processus de réconciliation", conclut le communiqué signé du secrétaire général par intérim, Richard Kodjo.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires