Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2438 du 20/8/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Politique

Réparer une injustice faite à 25.000 personnes
Publié le mardi 20 aout 2013  |  Nord-Sud


Assemblée
© Abidjan.net
Assemblée nationale : Les membres du gouvernement Présentent le projet de loi sur l`Apatridie
Lundi 19 aout. Abidjan. Les ministres Charles Koffi Diby, Coulibaly Gnénéma, et Albert Aggrey, ont présentés aux députés le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier les Conventions de 1954 et 1961 relatif à la réduction des cas d`Apatridies.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le président a été bien inspiré de déposer le projet de loi sur l’apatridie sur le bureau des députés. Par cette «procédure d’urgence», Alassane Ouattara veut rétablir dans leur droit 22 à 25.000 apatrides. Corriger un tort. Les chiffres, bien que variant (400. 000 et 900 000 selon certains députés), montrent qu’il y a urgence à agir. Le vote des parlementaires va ouvrir la voie à la nationalité ivoirienne par déclaration à des milliers de personnes. Selon le Président ivoirien, ces centaines de milliers de personnes nées en Côte d’Ivoire avant la modification du Code de la nationalité intervenue en 1972, sont en réalité des Ivoiriens. Mais il est politiquement incorrect de penser que ces personnes pourraient constituer un bétail électoral pour Alassane Ouattara dans la perspective de la présidentielle de 2015. Il est clair selon la loi que ce n’est que cinq ans après la réparation qu’elles pourront accomplir leur droit civique. Il ne faut pas oublier que ce chiffre n’est pas constitué que de personnes en âge de voter. Il y a les milliers de gamins qui doivent aller à l’école, et qui ont droit à la santé. Mais parce qu’ils n’ont pas d’existence juridique, ils sont privés de ces droits fondamentaux. Avec le vote de cette loi, les 25.000 apatrides, sinon plus, pourront également prétendre être des propriétaires terriens en Côte d’Ivoire. En traitant la question de l’apatridie, on trouve automatiquement une solution à celles de la nationalité et du foncier. Par ce courage politique, Alassane Ouattara tient une promesse électorale et permet aux représentants du peuple de débattre sereinement d’une question qui fâche. Les députés permettront ainsi de réparer une injustice. Le commun des observateurs sait que les questions de la nationalité, du foncier… sont les principales causes de la longue crise qui a marqué la Côte d’Ivoire ces dernières années. Les solutionner dans un climat apaisé ne peut que faire du bien à la Côte d’Ivoire.

Bakayoko Youssouf

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires