Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Afrique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Afrique

Tentative de hold-up électoral en Guinée : Malick Sankhon, l’homme par qui la fraude arrive
Publié le mercredi 9 octobre 2013  |  Le Banco




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Il est l'un des hommes, par qui la fraude est organisée. Lui, c'est Malick Sankhon, un homme d'intrigue et prêt à toute transhumance, pour sauvegarder ses intérêts.
Assurément, cet homme, qui servit tous les pouvoirs avec zèle et manigances, est en train de faire planer sur la Guinée, une menace à l'Ivoirienne. Les observateurs n'hésitent pas à le comparer à un certain Damana Pickas, un autre boutefeu de Laurent Gbagbo, qui avait déchiré devant caméras et flash du monde entier, les PV d'élections qui donnaient son champion, perdant.

Malick Sankhon, comme Damana Pikass

Malick Sankhon, connu sous le sobriquet peu flatteur de "Cent cons", est l'actuel Directeur Général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Le scénario du blocage de la proclamation des résultats issus des urnes a commencé le lundi 7 octobre dernier. Ce jour-là, l'ex- fondateur du tristement célèbre mouvement de soutien baptisé Lansana Conté Continue (LCC), a fait irruption dans le centre de compilation des résultats de Matoto (plus grande circonscription électorale de la Guinée avec plus 500 000), en vue de bloquer la proclamation des résultats qui plaçaient, on s'en doute, l'UFR de Sydia Touré, en tête.
Le DG du CNSS est arrivé, en compagnie de plusieurs bérets rouges et a agressé plusieurs délégués de l'UFR, dont M. Babara Fofana. Tout cela dans le but de faire arrêter le décompte qui donnait largement l'UFR en tête .Pouvoir quand tu nous tiens.

Vite, un hélico pour Kaloum !
Autre cas symptomatique de la volonté d'Alpha Condé et de son RPG, de confisquer le suffrage du peuple : Kaloum. Dans cette commune administrative de la capitale guinéenne, traditionnellement acquise à la cause de Sydia Touré, la proclamation des résultats est bloquée. Le pouvoir Condé peut-il expliquer aux Guinéens et à la communauté internationale, pourquoi il est impossible de proclamer des résultats dans une circonscription de seulement 32 procès-verbaux, située à seulement 1.6 km du siège de la Ceni (sis au quartier Cameroun). Doit-on aller chercher ses résultats dans un hélicoptère, comme cela a été le cas pour N'Zérékoré, situé à plus de 1000 km ?
Décidément, la tentative de hold-up du clan Condé est mal ficelée. Et c'est une honte pour la démocratie !

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires