Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article



 Titrologie



LG Infos N° 565 du 17/10/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Santé

Santé/ Chu de Cocody : Plusieurs malades refoulés aux urgences
Publié le jeudi 17 octobre 2013  |  LG Infos




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

L’année 2013, déclarée «année de la santé» est en passe de devenir «année de mort dans les hôpitaux». En tout cas, c’est le triste constat fait dans les centres de santé et autres Centres hospitaliers universitaires (Chu). Où, par manque d’infrastructures, les malades sont refoulés. «Il n’y a plus de place ici. Allez au Chu de Treichville. Là-bas au moins, vous pouvez avoir de la place», lance un garçon de salle, à une dame souffrant d’une anémie, à peine le taxi dans lequel elle se trouve s’y immobilise. Avec un sang froid, la dame lui fait savoir qu’elle vient de ce centre et que c’est de là-bas qu’on lui a dit de se rendre au Chu de Cocody. Et le garçon de salle de lui indiquer un autre centre, le Hma (Hôpital militaire d’Abidjan). «Allez au Hma, on dirait qu’il y a de la place là-bas», lance celui-ci au chauffeur de taxi dans lequel se trouve cette dame. A peine a-t-il fini de parler qu’un autre taxi compteur s’arrête devant les urgences du Chu. Trois hommes et une femme y sont avec un vieillard. «Il a quoi ?», questionne le garçon de salle. «Il est malade», répondit un des occupants. Celui-ci ne termine pas sa phrase quand l’homme en blouse bleu-ciel délavé leur fait savoir qu’il n’y a plus de place au service d’urgence du Chu de Cocody. «En tout cas, c’est dur de trouver une place ici. Allez ailleurs», leur fait savoir l’agent de santé. Tout en se précipitant dans l’enceinte du bâtiment. Deux minutes plus tard, un homme descend d’un autre taxi avec un parent. Le même refrain. Mais à la différence des autres, ce dernier se braque contre le personnel de ce service. «Pourquoi y a pas place. Trouvez une place pour mon frère», crie-t-il. Mais les brancardiers et les garçons de salle lui indiquent un autre centre. «Pourquoi, vous dites qu’il n’y a pas de place. C’est nous qui avons voté Ouattara (le chef de l’Etat). Il nous a dit que les soins sont gratuits. Si vous ne trouvez pas une place pour nous, je vais fermer cet hôpital», menace l’homme, visiblement tendu. Sa témérité lui offre une petite chance. Car, après moult tractations, le garçon de salle trouve une place à son frère dans un couloir, à même le sol, sans qu’on ne s’occupe de lui. Les parents de certains malades rencontrés dans les services d’urgence expliquent que cette scène est fréquente dans ce service du Centre hospitalier universitaire de Cocody et même ailleurs. Car, au Chu de Treichville comme à Yopougon, les services d’urgences sont fermés depuis des mois pour des travaux. Qui, jusqu’à présent n’ont pas encore débuté. Et pourtant, le ministre à charge de la santé et de la Lutte contre le Sida, Dr Raymonde Goudou Coffie Pomelie, ne cesse de dire qu’en Côte d’Ivoire, le système sanitaire s’est considérablement amélioré par rapport à ces dix dernières années. Mais la réalité est tout autre.

Joseph Atoumgbré, attjoseph@yahoo.fr

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires