Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Le secteur privé sous régional dénonce la TVA
Publié le mercredi 23 octobre 2013  |  AIP




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Abidjan – Le premier secrétaire du bureau de la chambre consulaire régionale (CCR), Mme Sylvia Aquereburu, au nom du secteur privé de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), a dénoncé, mercredi à Abidjan, la taxation de la valeur ajoutée.

« L’Entreprise, de par ma voix, pense que dans une économie en développement, en quête permanente de création de richesse telle que la nôtre, il faut encourager la création de valeur ajoutée et non taxer la valeur ajoutée », a déclaré Mme Aquereburu à l’ouverture d’un séminaire d’appropriation des reformes de l’UEMOA à l’intention des premiers responsables des chambres consulaires nationales et patronales des Etats membres.

Elle a insisté, à ce propos, sur l’urgence de promouvoir des réformes en adéquation avec les réalités de l’espace économique sous régional. « La conviction largement partagée au niveau du secteur privé est que sans maîtrise des éléments de base du développement, il n’y aura pas d’opportunités salutaires pour le secteur privé », a-t-elle relevé.

S’agissant de l’accord de partenariat économique (APE), Mme Sylvia Aquereburu a rappellé que le secteur privé de la sous région insiste sur la nécessité d’une ouverture graduelle et sélective du marché ouest-africain afin de prendre en compte ses spécificités et sa vulnérabilité.

Selon le premier secrétaire du bureau de la CCR, le secteur privé ouest africain rencontre de multiples difficultés, à savoir le problème de la libre circulation des biens et des personnes, la mise en œuvre effective des reformes dans les dispositifs législatifs et réglementaires des Etats, l’harmonisation des fiscalités.

Elle a cité aussi la mise à niveau des outils de production, les coûts des facteurs de production prohibitifs, l’amélioration des capacités d’offre et la mise aux normes des produits communautaires. Mais surtout, la problématique de financement du secteur privé, notamment l’accès aux ressources à long terme pour les entreprises agricoles et industrielles, la pratique de la bonne gouvernance, etc.

(Aip)
kkf/cmas

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires