Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article



 Titrologie



Notre Voie N° 4553 du 25/10/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Sport

Saraka Norbert (Coach des Eléphants locaux) : « La coupe doit rester chez nous »
Publié le vendredi 25 octobre 2013  |  Notre Voie


Football/CAN
© Abidjan.net par DR
Football/CAN militaire 2012: Les Eléphants qualifiés
Lundi 10 décembre 2012. Abidjan , Champroux de Marcory, pour le compte de la 3e et dernière journée des matches de poules, les poulains de Saraka Norbert ont pris le meilleur sur les Aigles du Mali (3-0).


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Les Eléphants locaux participeront du 26 octobre au 2 novembre à Abidjan au tournoi UEMOA de football. A la veille de cet évènement sportif, Notre Voie a rencontré Saraka Norbert, l’entraîneur ivoirien, qui parle de la préparation de ses poulains et des ambitions du groupe.
Notre Voie : Tous les joueurs convoqués ont-ils répondu à l’appel ?
Saraka Norbert : Tous les joueurs convoqués ont répondu à l’appel. Nous travaillons avec 22 joueurs. Le tournoi devant se dérouler avec 20 joueurs, nous serons obligés de libérer deux ce vendredi. Conscient de la situation, chacun se bat pour figurer parmi les «20».

N. V: Vous préparez le tournoi depuis quelques jours. Sur quoi votre travail est-il basé ?
S. N : Le travail est basé sur la technique, la condition physique, la tactique et l’aspect psychologique. On a joué seulement deux journées de la Ligue 1. C’est dire que les joueurs ne sont pas en jambes. Nous essayons donc de faire une mise à niveau au double plan de la condition physique et de la tactique. C’est un groupe de jeunes gens que je connais bien. Eux aussi me connaissent bien. Je n’ai pas voulu bouleverser le groupe. J’ai une base de données à chaque poste. Les joueurs qui sont partis du fait des contrats ont été remplacés.

N.V : Les conditions de préparation sont-elles réunies pour permettre à votre équipe d’aborder cette compétition avec sérénité?
S.N : Les conditions de préparation sont réunies. Nous sommes basés au Centre technique national de football de Bingerville. On a des chambres et un terrain. Il y a un encadrement médical. A l’heure où je vous parle, il n’y a personne à l’infimerie.
Au niveau de la synchronisation, de l’ambiance et la solidarité, les choses se passent bien.

N.V : La Côte d’Ivoire a déjà remporté deux fois ce tournoi qui va se dérouler pour la première fois chez elle. C’est une lourde responsabilité qui pèse sur vos épaules….
S.N : Effectivement, c’est une lourde responsabilité. Mais il ne faut pas la fuir. La Côte d’Ivoire a remporté ce tournoi deux fois à l’extérieur. Le troisième titre serait synonyme de conservation du trophée. Ce qui fait que l’objectif des dirigeants, de l’encadrement technique, des joueurs et des supporters est de voir les Eléphants locaux remporter la coupe. C’est pourquoi tout ce que nous disons et faisons va dans le sens de gagner ce tournoi de l’UEMOA. Et je pense que nous en avons les moyens. Il faut que chacun se batte pour qu’on y arrive. Nous respectons tous nos adversaires qui ont le même objectif, mais la coupe doit rester chez nous.

N.V : Quelle idée avez-vous de vos adversaires ?
S.N : Nous sommes logés dans la poule A avec le Togo, le Mali et le Burkina Faso. Je connais plutôt individuellement les joueurs au niveau des clubs et non au niveau des équipes nationales. Ils sont issus de bons clubs. Ce sont forcément les meilleurs joueurs qui arrivent. J’ai beaucoup de respect pour eux. Mais je n’ai pas de préférence parmi les pays. Nous devons nous appuyer sur nos propres forces et imposer notre jeu à nos adversaires.

N.V : Pour vous, quelle sera la meilleure stratégie pour commencer ce tournoi ?
S.N : La meilleure stratégie, c’est de marquer des buts et gagner d’entrée. Les jeunes gens doivent être lucides et efficaces devant les buts tout en fermant derrière et laisser le jeu se dérouler au milieu où il faut toujours avoir l’avantage pour offrir de bonnes balles aux attaquants.

N.V : Avez-vous un mot à l’endroit des supporters ivoiriens qui viendront sûrement nombreux soutenir leur équipe ?
S.N : Mon rôle est de mettre les joueurs dans les conditions optimales au plan physique, technique, tactique et psychologique pour participer au tournoi. Je pense que les jeunes vont mettre en pratique ce qu’ils apprennent. On a besoin des supporters pour les pousser à la victoire. Les Eléphants locaux, ce sont ces jeunes qui seront les Eléphants de demain. Ils ont besoin du soutien de leur public.

Interview réalisée par Ephrem Touboui

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires