Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage




 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Société

Des étudiants sensibilisés sur les droits des enfants victimes des pires formes de travail
Publié le jeudi 14 novembre 2013  |  AIP




 Vos outils




Korhogo – La Ligue Ivoirienne des Droits de l’Homme (LIDHO) a sensibilisé, les étudiants de l’Université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo sur les droits des enfants, victimes des pires formes de travails en vue de permettre à ses étudiants de relayer l’information dans leur milieu de vie pour favoriser l’éradication de ce fléau.

Intervenant mercredi, lors d’une conférence publique sur le thème, "la protection sociale des enfants victimes de pires formes de travails des enfants", le Ben de la Lidho, M Aboua Goua Mathieu a indiqué que cette conférence s’inscrit dans le cadre des activités du projet d’éducation aux droits de l’homme en milieu scolaire et universitaire.

Ce projet dira-t-il, a pour objectif "de promouvoir les droits de l’homme, la bonne gouvernance, le respect des institutions et l’Etat de droit pour que cela s’inscrivent désormais dans les réalités quotidiennes des élèves et étudiants de Cote d’Ivoire".

Il précise par ailleurs que cette conférence à pour but d’éclairer la lanterne des étudiants sur le fait que "la place de l’enfant, ce n’est pas dans les carrières, ni dans l’agriculture, ni dans le commerce mais la place de l’enfant, c’est à l’école".

La coordonnatrice du projet et conférencière, Mlle Aboua Marcelline a expliqué que l’âge d’admission au travail des enfants dans les entreprises, en Côte d’Ivoire est de 14 ans pour les travaux normaux et 18 ans pour les travaux dangereux.

La conférencière a aussi définit les travaux dangereux qui sont des tâches qui compromettent l’éducation des enfants, nuit à leur santé, à leur développement physique, mentale, qui prive l’enfant de son enfance et qui constitue un danger pour sa vie.

Trois catégories de travail d’enfants ont été présentées au public à savoir le travail acceptable ou socialisant, les travaux dangereux et les pires formes du travail des enfants.
Concernant les pires formes du travail des enfants, il s’agit de toutes formes d’esclavage, le recrutement d’un enfant pour la prostitution, la pornographie, les trafics de stupéfiants, les conflits armés et bien d’autre travaux qui peuvent nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l’enfant.

Avant Korhogo, la Lidho a animé des conférences à l’Université Félix Houphouet Boigny d’Abidjan, à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké et au Centre bureautique de Communication et de Gestion (CBCG) à Daloa.

"Selon une enquête nationale sur le niveau de vie des ménages réalisée en 2008, sur 1.237.911 enfants âgés de 5 à 17ans astreints à un travail à abolir, 1.202.404 sont impliqués dans un travail dangereux, soit 91,1% concernent toutes les régions du pays" précise-t-on. Pour l’Organisation Internationale du Travail (OIT) 215 millions d’enfants travaillent dans le monde.

Apk /kam

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires