Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Editorial
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4209 du 6/12/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Editorial

En ouverture : Mandiba, et après ?
Publié le samedi 7 decembre 2013  |  Le Patriote




Comment

 Vos outils




L’icône de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela, s’est éteinte avant-hier, à l’âge de 95 ans, à son domicile de Johannesburg. Comme il fallait s’y attendre, dès l’annonce de sa disparition par Jacob Zuma, l’actuel chef de l’Etat sud africain, c’est une vive émotion qui a saisi la planète entière, suivie immédiatement d’une avalanche de réactions, aussi bien des grands de ce monde que d’anonymes, qui à travers médias et réseaux sociaux ont laissé éclater leur désarroi et leur infini regret face à la tragique nouvelle. De Barak Obama à la Reine d’Angleterre en passant par François Hollande, David Cameron, le Dalaï Lama, le Pape François, Aung San Suu Kyi, Angela Merkel, le roi Pelé, les célébrités comme Mike Tyson, Michaël Jordan, Zinedine Zidane, Christiano Ronaldo, tous ont tenu, avec une rare promptitude, à s’incliner sur la dépouille encore chaude de l’illustre défunt. En Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, au nom du peuple ivoirien a dit sa « très grande tristesse » devant cette perte cruelle d’un homme « charismatique et exceptionnel ». Dans tous les quatre coins du monde, ce sont des millions d’individus lambda qui ont crié leur douleur. Pourtant, ce n’est pas tant la surprise de cette mort, à laquelle finalement tout le monde s’attendait eu égard à la longue agonie de l’homme, qui a suscité ce véritable tsunami émotionnel à l’échelle du Globe. C’est, évidemment, encore moins le choc de la disparition physique d’une légende qui, en presque cent ans, aura eu le temps nécessaire de marquer d’une pierre blanche l’histoire contemporaine, qui suscite cet émoi planétaire. Mais ce qui semble être en jeu ici, après ce dernier souffle rendu par Madiba, c’est l’héritage intellectuel, moral, psychologique et même humain qu’il laisse à la postérité. Comment lui survivront, dans ce monde de plus en plus déshumanisé, ces valeurs qui se raréfient chez nos décideurs, et que cet homme exceptionnel a incarné toute sa vie durant ? Le courage, la force du pardon, la dignité humaine, la conviction en un idéal, l’intégrité peuvent-elle encore avoir un sens après la disparition de Nelson Mandela, cet incroyable icône d’humanité, de compassion, symbole de réconciliation, de pardon et de magnanimité, selon les mots de son ami Desmond Tutu? Dans une allocution pleine d’émotion en hommage à l’illustre disparu, ne s’écriai-t-il pas : « Qu’est-ce qui va nous arriver maintenant que Mandela est mort ? »

KORE EMMANUEL

Comment

 Commentaires



Comment