Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2555 du 11/1/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Société

Appolinaire Tapé Djédjé, président de la Confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (Cosyfoci): «Ce n’est pas la fin de leur galère »
Publié le samedi 11 janvier 2014  |  Nord-Sud




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

«En tant que syndicat des fonctionnaires, le déblocage des salaires ne peut être la fin de la galère des fonctionnaires. Déjà, toute cette publicité qui est autour du déblocage va amener tous les opérateurs économiques à augmenter le prix de toutes les marchandises sur les marchés. Et de deux, le déblocage des salaires ne touche pas tous les fonctionnaires. Les plus grands bénéficiaires sont ceux qui ont une longue ancienneté. C’est-à-dire, si tu es un jeune fonctionnaire dans l’intervalle d’un à cinq ans, tu n’es pas concerné par le déblocage, surtout que ça sera étalé sur cinq ans. Le déblocage des salaires, c’est environ 12.000 Fcfa par échelon, par mois. Et donc, si vous avez vingt ans de service, comprenez qu’avec le déblocage, vous êtes très heureux. C’est d’ailleurs pour ça qu’on avait souhaité que ce déblocage soit payé une fois pour de bon que de l’étaler sur cinq ans comme l’a promis le chef de l’Etat ivoirien. Une façon de dire que le déblocage ne prend pas en compte tous les fonctionnaires. Le président de la République a accordé 150 points d’indice au personnel de la santé et 400 aux médecins. Ce qui représente 35.000 F sur le salaire de base. Il faut qu’il étende ces 35.000 F à l’ensemble des fonctionnaires. En plus du déblocage, il aurait revalorisé les salaires comme nous le souhaitons. Mais à l’état actuel, nous ne savons pas ce qui est dans la cagnotte, parce que le discours du président est resté fermé. Ce n’est pas un discours ouvert. Il reste donc à l’interpréter. Il faut voir les bulletins de salaires pour réellement apprécier le contenu de la revalorisation salariale promise par le président de la République. Donc, je le répète, ce n’est pas la fin de la galère des fonctionnaires».

Comment

 Commentaires



Comment