Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article




  Sondage




 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Région

94 cas de grossesses en milieu scolaire à Abengourou, au premier trimestre
Publié le mercredi 22 janvier 2014  |  AIP




Comment

 Vos outils




Quatre-vingts quatorze cas de grossesses ont été dénombrés en milieu scolaire à Abengourou au terme du premier trimestre de l‘année scolaire 2013-2014, a révèle la directrice régionale de l’éducation nationale et de l’enseignement technique (DREN-ET), Koffi Joséphine.

Lors d’une rencontre d’échanges, lundi, sur « la problématique des grossesses en milieu scolaire », Mme Koffi a précisé que l’âge des porteuses (de ces grossesses) varie entre 11 et 22 ans et leurs auteurs se comptent dans toutes les couches sociales. Notamment, dans le milieu des enseignants avec 13 cas, et le milieu des élèves où l’on dénombre 95 auteurs. « 122 auteurs sont inconnus soit parce que les porteuses les ignorent, soit parce qu’elles refusent de les dénoncer», fait elle remarquer.

La patronne de l’Education nationale et de l’Enseignement technique dans la région de l’Indénié-Djuablin attribue cette « situation désastreuse » à l’« inconscience de certains parents qui louent des maisons à leurs enfants pour se loger sans tuteur et sans encadrement adéquat ». « Pire, ils ne se soucient même pas des conditions dans lesquelles ces enfants vivent », a-t-elle dénoncé.

Elle attribue également ces grossesses à divers autres causes, notamment, la pauvreté des parents, les mauvaises influences, l’absence de communication entre parents et enfants sur la sexualité et le développement du proxénétisme dans la localité d’Abengourou.

Face à la gravité de la situation, elle en appelle à la mobilisation de tous les partenaires de l’école contre ce fléau qui constitue l’une des principales causes des échecs scolaires chez la jeune fille.

« 80% des échecs scolaires chez la jeune fille sont liés aux grossesses », souligne Mme Koffi, plaidant pour l’ouverture sans délai d’une école de jeunes filles avec internat à Abengourou pour juguler un tant soit peu ce phénomène des grossesses en milieu scolaire dans la région.

rkk/tm

Comment

 Commentaires



Comment