Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2584 du 15/2/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Sport

Eliminatoires Can féminine 2014 - Tia Inès (attaque Eléphantes) “Nous allons terrasser les Maliennes”
Publié le samedi 15 fevrier 2014  |  Nord-Sud




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Tia Inès et les Eléphantes affrontent ce samedi, au Stade Champroux de Marcory, leurs homologues maliennes, dans le cadre des éliminatoires aller de la Can féminine prévue en Namibie. Pour elle, le maître-mot reste la victoire.



Dans quelle forme vous trouvez-vous, avant
d’affronter le Mali ce samedi ?
Je vais bien. Le groupe se porte bien. Nous avons le moral haut. C’est vrai que nous sommes à trois jours du match (ndlr : entretien réalisé mercredi), on ne sait pas ce qui peut se passer, mais les filles vont bien.

Quel serait le scénario idéal pour vous, face à une équipe malienne réputée athlétique ?
Nous allons jouer pour gagner. Nous allons terrasser les Maliennes. Le scénario idéal, c’est évidemment une victoire. Si on peut gagner sans encaisser, ce serait plus beau. Dans tous les cas, nous voulons faire plaisir à notre public et nous rassurer dans l’optique du match retour à Bamako. Les Maliennes sont certes athlétiques, mais nous sommes techniques (rires).

Comment avez-vous vécu la remise du brassard par la capitaine Gnago Jeanne à Koutouan Stanie, une jeune pousse de l’équipe, à la conférence de presse mercredi ?
C’est le signe que le groupe est soudé. Nous visons toutes la victoire. C’est aussi un passage de témoin entre les cadres de l’équipe dont la capitaine Gnago Jeanne et les jeunes. Stanie (joueuse du Stella Club, ndlr) est bourrée de talent. Elle a aussi la carrure pour assumer ce brassard. Elle vient des U20 et sera à son premier match avec les Seniors, mais c’est une bosseuse et je suis contente pour elle.

En tant que professionnelle, existe-t-il une pression sur vos épaules ?
Je peux dire oui et non. Oui, parce que pour des matches comme ça, il y a toujours une petite pression et le fait d’être pro en rajoute un peu forcément parce que les gens vous suivent plus. Cependant, j’assume, comme l’autre professionnelle, ma coéquipière Nahi Estelle. On n’est pas différentes des autres. On va se battre comme tout le monde pour remporter les trois points de la victoire.

Comment se passent les choses dans votre club en Serbie ?
Les choses se passent bien. J’ai été bien accueillie au Spartak Subotic (Ligue 1 féminine, Serbie). Je me suis bien adaptée. Au plan personnel, j’ai inscrit quatre buts en cinq matches. Je ne me plains pas d’autant plus que j’ai progressé dans le jeu.


Par Sanh Sévérin

Comment

 Commentaires



Comment