Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 3039 du 19/2/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Politique

Situation judiciaire des pro-Gbagbo / Doudou Diène, expert indépendant : ‘‘Que les libertés provisoires n’aboutissent pas à l’impunité totale’’
Publié le mercredi 19 fevrier 2014  |  L’intelligent d’Abidjan


Droits
© Abidjan.net par Didier ASSOUMOU
Droits de l`homme: le secrétaire général par intérim du RDR échange avec Doudou Diène
Mercredi 23 Octobre 2013. Abidjan. Amadou Soumahoro, secrétaire général par intérim du RDR échange avec Diène Doudou, expert indépendant de l`ONU sur la question des droits de l`homme en Côte d`Ivoire.


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

L’expert indépendant de l’ONU a été reçu en audience le lundi 17 février 2014 par le premier ministre Daniel Kablan Duncan à la Primature. Au terme de cette rencontre, Doudou Diène a salué la mise en liberté provisoire des détenus de la crise postélectorale. Toutefois, il a souhaité que ces actes de décrispation ne soient pas de nature à favoriser l’impunité. « J’ai souligné dans mon rapport que je présente au Conseil des droits de l’homme le 25 mars, le progrès considérable que constitue la mise en liberté provisoire d’un certain nombre de détenus. J’ai plaidé leur liberté provisoire parce que j’ai émis la critique qu’on ne peut pas détenir pendant deux ans ou plus des personnes sans les juger et qu’il fallait soit les juger soit les libérer. Cette libération provisoire a eu lieu et c’est un acte positif extrêmement important. Mais, il est important aussi que l’impartialité de la justice et surtout que la lutte contre l’impunité devienne une réalité. La Côte d’Ivoire a connu une crise extrêmement profonde au cours de laquelle de graves violations des droits de l’homme ont été commises. Il est absolument central comme fondation de la réconciliation que l’impunité soit combattue. Donc, il faut faire en sorte que les libertés provisoires n’aboutissent pas à l’impunité totale. L’impunité totale et générale est contraire au droit international. Il va falloir concilier la Justice avec la réconciliation », a déclaré l’expert indépendant des Nations unies. Qui a informé le chef du gouvernement ivoirien de la tenue la semaine dernière de la conférence internationale sur la situation des victimes. Une rencontre qui avait, selon lui, pour objectif de donner aux victimes un visage, une humanité et les sortir de l’anonymat. Il compte préparer un projet de programme d’actions qu’il soumettra au Gouvernement pour le règlement de cette question «Deuxièmement, dans le cadre du rapport que je dois soumettre au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, il faut que je donne l’image la plus complète de la situation des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire avec deux tendances lourdes. La première c’est qu’il y a eu des progrès incontestables sur le plan institutionnel. La reconstruction démocratique s’est faite sur le plan institutionnel. La Justice est aussi en train d’être reconstruite. Mais il y a encore des défis majeurs. Le premier sur lequel j’ai souhaité que le Premier ministre me donne des informations et un éclairage, c’est le dialogue politique. Pour savoir où il en était. Parce que ce dialogue politique conditionne le fait que les élections de 2015 qui sont pour demain, soient des élections apaisées et démocratiquement crédibles. Donc, il m’a donné des informations sur l’état du dialogue politique que je recoupe avec les leaders de l’opposition pour faire avancer la question. Deuxièmement, le problème de la Justice qui est aussi un problème important et central. J’ai souhaité à cet effet savoir quelles sont les avancées qui ont été faites et quels sont les projets en cours. Enfin, la question sociale. Je voulais savoir si la croissance remarquable de la Côte d’Ivoire au plan macro-économique va se traduire dans le panier de la ménagère. Parce que c’est seulement le jour où l’Ivoirien pourra exercer son droit à l’éducation, son droit à la santé, au logement, à l’emploi, que tous les restes des droits de l’homme pourront être profondément intégrés et adoptés. Donc les droits socio-économiques et culturels sont liés à la traduction dans la croissance économique sur la vie quotidienne des Ivoiriens. Sur toutes ces questions le Premier ministre m’a fourni des informations très précises », a souligné l’expert indépendant de l’ONU.

Abdoulaye Touré

Comment

 Commentaires



Comment