Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2590 du 22/2/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Politique

Convention du Fpi hier à Treichville : Affi souhaite «prompt rétablissement» à Ouattara
Publié le samedi 22 fevrier 2014  |  Nord-Sud


Ouverture
© Abidjan.net par Atapointe
Ouverture de la 8eme convention extraordinaire du Front Populaire Ivoirien
Vendredi 21 février 2014. Abidjan. Le Front populaire ivoirien (FPI), au Palais des Sports de Treichville, les travaux de sa 8ème convention extraordinaire en présence de Pascal Affi N’guessan, Président du parti et des membres des différentes instances. Ph: Affi N`Guessan.


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La huitième convention extraordinaire du Front populaire ivoirien (Fpi) s’est ouverte hier sur une note de gaîté, au Palais des sports de Treichville. Le président de l’ancien parti au pouvoir a appelé à une solidarité nationale autour du chef de l’Etat.

Ouvrant la huitième convention extraordinaire de son parti, hier, au Palais des sports de Treichville, Pascal Affi N’Guessan a exprimé sa compassion pour Alassane Ouattara, convalescent. «La place et le rôle du chef de l’Etat sont d’une extrême importance dans les capacités du pays à poursuivre et achever son processus de restauration politique, économique et sociale. C’est pourquoi il faut prier pour le prompt rétablissement et le retour très prochain du chef de l’Etat parmi nous », a-t-il souhaité. Dans ce propos introductif, il s’est notamment expliqué les « supputations » dans l’opinion sur l’absence depuis début février du président de la République. Il faut comprendre les différentes réactions par rapport aux enjeux du dialogue politique, la réconciliation nationale et de la restauration du pays, selon lui. Sa formation politique et lui « assurent », de ce fait, de leur « engagement » pour le succès de la normalisation de la situation sociopolitique. A part qu’ils « saluent les efforts» consentis par la communauté internationale, ils l’encouragent à poursuivre son assistance au pays. « Merci d’être venus. Au-delà des vicissitudes de la crise, vous continuez à accomplir votre devoir de solidarité internationale, depuis le déclenchement de la rébellion en 2002, pour certains, et depuis la crise post-électorale, pour vous tous », a-t-il observé. Aux acteurs politiques nationaux, l’ex-Premier ministre (2000-2003) a demandé  de prendre toute la mesure de la situation post-crise afin de donner  le meilleur d’eux-mêmes à la relance de la Côte d’Ivoire. Il a également invité la société ivoirienne à faire de même, après lui avoir rendu « hommage » et a salué la dignité et la solidarité dont elle fait montre. L’opposant, s’adressant au pouvoir, lui a demandé de continuer à jouer sa partition dans ce chantier national. « Ni l’engagement d’un parti, fut-il le plus important, ni la culture ou volonté de paix, ne suffiront jamais à résoudre les problèmes qui se posent actuellement à notre pays, si le gouvernement ne s’engage pas résolument et sincèrement dans la réconciliation », a-t-il interpellé. Il a ensuite souhaité que le régime tienne parole, s’agissant de l’annonce de la libération prochaine et du retour d’exil de partisans en détention de Laurent Gbagbo. En ce qui les concerne, eux militants du Fpi, ils organisent cette convention, a-t-il commenté, pour réfléchir sur la mobilisation de leur parti en vue de la libération de l’ancien chef d’Etat détenu à la Haye. Les travaux prévus pour prendre fin ce samedi, portent sur le thème : Un Fpi, fort pour une Côte d’Ivoire solidaire, libre, démocratique et souveraine ». Selon Agnès Monnet, la présidente de la convention, celle-ci est l’occasion de réorganiser le Fpi, en polir l’image, remobiliser les militants, mobiliser des ressources, peaufiner le repositionnement au plan de la diplomatie. Les réflexions permettront aussi de penser une politique des alliances et de consolider la souveraineté du parti de Laurent Gbagbo. Initiateur du projet d’une « opposition unitaire », le Fpi a reçu comme invité, l’ensemble des onze formations politiques nationales de gauche. L’Union pour la démocratie et pour la paix (Udpci) de la coalition, Rhdp, est le seul parti proche du pouvoir à avoir répondu à son appel.


Bidi Ignace

Comment

 Commentaires



Comment