Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



Cote d’Ivoire Economie N° 31 du

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Art et Culture

Promotion de la destination Côte d’Ivoire : L’extraordinaire patrimoine du tourisme ivoirien
Publié le mardi 25 fevrier 2014  |  Cote d’Ivoire Economie




Comment

 Vos outils




 Vidéos


- 30/1/2014


 Dans le dossier

La Côte d’Ivoire peut s’enorgueillir de richesses naturelles extrêmement diversifiées. Tour d’horizon des nombreux atouts qui constituent la force de ce secteur.
Parler de la richesse touristique en Côte d’Ivoire, c’est d’abord évoquer la diversité de sa population. Le pays compte plus de 60 ethnies aux us et coutumes riches et variés. Le masque Wê, le Zaouli à l’ouest, le Goli du centre, la fête de l’igname à l’est, l’Abissa de Grand-Bassam, le Popo carnaval de Bonoua, le Boloye sénoufo ou danse des hommes-panthères de Korhogo, la fête de génération au sud, l’Abodan d’Aboisso, les variétés culinaires, etc., sont autant d’attraits qui ne laissent personne indifférent. Selon Côte d’Ivoire Tourisme, l’Unesco a même inscrit les pratiques et expressions culturelles liées au balafon des Sénoufo ainsi que le Gbofe d’Afounkaha, la musique des trompes traversières de la communauté Tagbana, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.
Dans sa politique de développement du tourisme, le gouvernement compte également s’appuyer sur les édifices et monuments qu’il entend vendre davantage. Il s’agit surtout de la basilique de Yamoussoukro (plus grand édifice chrétien du monde). Aussi, le musée de Grand-Bassam, la mosquée sahelo-soudanaise de Kong (plus ancienne de Côte d’Ivoire), celle de Kawara (XVIIe siècle), les villages artisanaux au centre et au nord du pays (Waraniéné), et la liste est loin d’être exhaustive…
Des espèces qui n’existent nulle part ailleurs
Autre décor : la nature. Ici, les vacanciers à la recherche de repos sur des plages paradisiaques d’Abidjan, Bassam, Assinie, San Pedro, Sassandra et autres sont pleinement servis. Pour les sportifs, le littoral du pays leur offre la possibilité de s’adonner à de nombreux sports nautiques et lacustres : surf, planche à voile, voile, natation, ski nautique, volley-ball, snorkeling, etc. Le marlin bleu, ce fameux poisson au long nez est aussi bien présent dans les eaux ivoiriennes. Il y a également les possibilités de trekking (mont Nimba), de golf (Abidjan, Yamoussoukro). Il faut d’ailleurs souligner que le gouvernement entrevoit des travaux de rénovation et d’extension au niveau de ces deux golfs. Les randonneurs et autres curieux, passionnés par la découverte de la faune et de la flore y trouvent également leur goût. Deux millions d’hectares de forêts, huit parcs nationaux et plusieurs réserves naturelles abritent des espèces végétales et animales extraordinaires dont certaines, note-t-on, n’existent nulle part ailleurs.
Les deux plus grands parcs nationaux du pays (parc national de la Comoé et parc national de Taï, avec sa forêt primaire) sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, tout comme la réserve naturelle intégrale du mont Nimba (1752 mètres), non loin de Man. Dans la forêt de Taï par exemple, l’on découvre une race de chimpanzés dits intelligents, la seule au monde, dit-on. Ce sont des animaux étonnants qui savent parfaitement utiliser des outils pour casser des noix. Il y a également en ces lieux la présence d’hippopotames nains, de crocodiles nains, de buffles nains que les touristes peuvent découvrir à souhait.

L’apport de l’agriculture et du secteur des transports
Tout naturellement, l’agriculture occupe aussi une place de choix dans le développement du tourisme. La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao depuis plusieurs décennies, avec environ 1,4 million de tonnes, soit 40% de l’offre mondiale. Certains consommateurs de chocolat ignorent totalement la façon dont se présente un pied de cacao, une cabosse ou une fève. Ce qui peut se corriger à travers des visites de plantation, de cueillette et de techniques d’extraction et de séchage des fèves, offertes aux touristes. L’hévéa, l’ananas, le café, le palmier à huile, ne sont pas en reste.
Mais comment parvenir à mobiliser tous ces touristes ? A ce niveau aussi, la Côte d’Ivoire rassure. Plusieurs compagnies effectuent des vols réguliers au départ de leurs capitales : Air France, Corsair international, Bruxelles Airlines, Air Burkina, Cameroon Airlines, Ethiopian Airlines, Kenya Airways, Royal air Maroc, South African Airways, Turkish Airlines, etc. Quant à la compagnie nationale Air Côte d’Ivoire, née en 2012, elle assure les liaisons intérieures. Le réseau routier qui s’améliore chaque jour, à l’image du prolongement de l’autoroute Abidjan-Yamoussoukro, le chemin de fer Abidjan-Ouagadougou, sont de véritables moyens au service du tourisme en Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire offre un énorme potentiel touristique à découvrir. Mais des priorités demeurent : la sécurité et la stabilité sont des conditions incontournables pour envisager le développement de ce secteur.
Vincent Kouassi

Comment

 Commentaires



Comment