Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 3045 du 26/2/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Société

Depuis le Vatican / Le pape François aux nouveaux cardinaux : ‘‘Soyez des artisans de paix et de réconciliation’’
Publié le mercredi 26 fevrier 2014  |  L’intelligent d’Abidjan


Le
© L’Hebdo Ivoirien par DR
Le pape François


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le Collège des cardinaux s’est agrandi samedi dernier avec l’entrée de dix neuf cardinaux, appartenant à 12 nations de chaque région du monde. Ils constituent la première liste du Pape François, une liste qui était très attendue et que, depuis un peu plus d’un mois, il avait rendue publique en la Fête du Baptême de Jésus, le 12 janvier. Parmi les nouveaux élus, on trouve cinq Latino-américains (Argentine, Chili, Brésil, Haïti et Nicaragua), deux Africains (Côte d’Ivoire et Burkina Faso) et deux Asiatiques (Corée du Sud et Philippines), six Européens (Italie, Allemagne, Grande Bretagne, Espagne et Antilles). Ils ont reçu, à l’occasion de ce Consistoire ordinaire public, les insignes de leur dignité cardinale : la barrette a été imposée à chacun, puis remis, l’anneau et la bulle de création. La cérémonie et le cérémonial étaient très solennels. Les 150 cardinaux que le Souverain Pontife avait réunis à Rome pour participer deux jours auparavant au Synode sur la famille afin d’approfondir la théologie sur ce sujet et la pastorale qui doit être mise en œuvre dans les conditions actuelles, ont assisté à l’événement de ce samedi. Il y avait également de nombreux évêques de différents continents. Parmi ces derniers, quatre de Côte d’Ivoire : nos seigneurs Alexis Touably (Agboville), Maurice Konan Kouassi (Daloa), Bruno Kouamé (Emérite d’Abengourou) et Joseph Aké (Gagnoa). Une vingtaine de prêtres et de religieuses ivoiriens avaient fait le déplacement d’Abidjan à Rome et presque autant pour ceux qui sont en formation en Italie. Tous ont applaudi à quatre mains leur nouveau cardinal, avec la même intensité émotionnelle que leurs compatriotes laïcs de la délégation officielle de Côte d’Ivoire conduite par Mme Henriette Diabaté, la Grande Chancelière et comprenant plusieurs ministres et autres responsables de haut niveau. Le cardinal Jean Pierre Kutwa était éclatant dans sa nouvelle soutane pourpre (il est passé du blanc au violet, et maintenant au rouge) et avec les autres éléments vestimentaires de l’apparat. Bien qu’étant forcé de se voir « introniser » assis dans une chaise roulante, son sourire continuel laissait transparaître le bonheur et la fierté d’avoir été choisi, plutôt que l’amertume de sa santé physique. C’est donc dans cet état d’esprit et dans cet état physique qu’il a reçu comme ses confrères, nouveaux et anciens, le message du pape François, donné à tous avant de les créer rituellement cardinaux. Le Pontife romain les a exhortés à ne pas oublier que la prière et l’annonce de la Parole de Dieu constituent la première tâche de l’évêque. Mais, a-t-il ajouté plus spécialement en direction des cardinaux : qu’ils soient des hommes de paix et des faiseurs de paix. Des artisans de paix. Avec cette recommandation insistante : « Pour cela, invoquons la paix et la réconciliation ».

Le message papal contenait également des appels, opportunément lancés, à pratiquer une (vraie) communion entre les cardinaux et avec le Pontife régnant, lui en l’occurrence. Et ainsi, la nécessité de garder le courage d’annoncer l’Evangile en toute occasion, qu’elle soit opportune ou inopportune, avec le souci permanent de rendre témoignage à la vérité. Courage et vérité doivent donc guider leur mission. A remplir même, éventuellement, au prix de leur sang (c’est le sens de la couleur rouge de leur dignité). Ils y sont aidés, rappelle encore le pape François, par l’exemple du Christ : « La route que Jésus a choisie est celle de la croix. Il a vaincu, alors nous ne devrions pas avoir peur de la croix ; bien plus, dans la croix nous avons notre espérance ». Les applaudissements entendus à la fin de l’intervention du Saint Père, attestaient que ses exhortations et appels, comme ses rappels, avaient été reçus cinq sur cinq, à la fois par ses collaborateurs, les évêques et les cardinaux en particulier. Leur mise en pratique en sera la meilleure réponse surtout vis-à-vis des peuples qui en ces temps, sont éprouvés par la violence, par l’exclusion et par la guerre et qui font totalement partie du « peuple fidèle » et partie « du Saint peuple fidèle de Dieu et de la Sainte mère Eglise », selon les formules du Pape.

A la fin de la cérémonie du Consistoire, les Ivoiriens attendaient avec une impatience bien visible, l’occasion de saluer, d’embrasser et de congratuler leur nouveau et troisième cardinal. Ils n’ont pas boudé ce plaisir, non seulement par les vivats fortement sonores qu’ils lui ont réservés, en le voyant quitter, dans la procession du Saint Père, la basilique Saint Pierre, mais surtout au moment prévu des félicitations, l’après-midi. Dans une salle du Vatican qui a été réservée au cardinal Kutwa, près de celle des audiences générales du Pape, les Ivoiriens l’ont parfois étreint même au risque de l’étouffer, montrant toute leur joie vive. Et comme ils savent si bien le faire en ce genre d’occasion, des prières, déclamées à haute voix, des chants de circonstance bruyamment entonnés et exécutés, ont traduit leur action (spontanée) de grâce à Dieu pour ce choix de l’archevêque d’Abidjan. En attendant d’avoir une plus grande opportunité de lui manifester à nouveau leur fierté, leur sympathie et leur affection à la fin du mois de mars, à l’occasion d’une célébration eucharistique à la cathédrale St Paul d’Abidjan.

Du Vatican, une correspondance particulière de Lebry Léon Francis

Comment

 Commentaires



Comment