Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2609 du 17/3/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Politique

Libération des pro-Gbagbo,Blé goudé ... / Colère à Abobo !
Publié le lundi 17 mars 2014  |  Nord-Sud




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

L’équipe de reportage de Nord-Sud quotidien a échangé, samedi, avec le Mouvement des sages pour Alassane Ouattara à Abobo. La question au centre du débat était : Quelle réconciliation pour une élection réussie?



Il y avait de l’électricité dans l’air, samedi, au ‘’marché Botou‘’, dans la commune d’Abobo. Et pour cause ! Le sujet faisant l’objet du débat y a déclenché la passion des membres du Mouvement des sages pour Alassane Ouattara (Mosovado). Le débat qu’ils ont mené, sous un hangar de fortune, leur lieu habituel de retrouvailles, a vite pris la tournure d’une vraie joute oratoire. Comme il l’a fait en d’autres circonstances, Cissé Sindou, rédacteur en chef du journal, a modéré les discussions. A ses côtés, le rédacteur en chef adjoint, Bakayoko Youssouf et les rédacteurs-reporters ont également suivi la causerie avec beaucoup d’intérêt. Autonomie de la justice, résorption du chômage juvénile, repentance sincère dans la réconciliation et franchise des hommes politiques dans la conduite des affaires d’Etat. Ce sont là, autant de sous-thèmes que les membres de ce ‘’grin’’ ont abordé à cette occasion. Au bout d’une bonne heure de discussions, le cadre d’échanges s’est apparenté au duel de deux blocs antagonistes. Il faut une repentance sincère des bourreaux, selon certains débatteurs, pour déboucher sur une vraie réconciliation. Celle-ci, soutiennent-ils, est le gage d’une élection démocratique apaisée. Ce point de vue, faut-il le rappeler, est également partagé par le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr), Charles Konan Banny. Selon lui, un sondage réalisé auprès de plus de cinquante mille personnes révèle que la sincérité des aveux de ceux qui ont commis des crimes attendrira leurs victimes. «Elles demandent aux bourreaux de tout bord de reconnaître leurs responsabilités, autrement dit, une repentance sincère. Je crois fermement à cette autre proposition», avait-il déclaré le 31 décembre 2013.
La justice doit prévaloir, contredisent d’autres, dans la réconciliation. Pour ceux-là, des procès équitables empêcheraient la reprise des dommages infligés par les uns aux autres. Cette position est d’ailleurs celle de Doudou Diène, l’expert indépendant de l’Organisation des Nations unies (Onu) sur la situation des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire. «  Une vraie réconciliation passe par l’indépendance de la justice. C’est pourquoi, j’exhorte le gouvernement ivoirien à accélérer le procès des personnes détenues  », avait-il enjoint l’Exécutif ivoirien. Autre sujet, même engouement. Il s’agit des photographies de l’ex-leader de la ‘’galaxie patriotique’’, Charles Blé Goudé. La publication de ces images qui cristallise l’actualité nationale arrache divers commentaires au Mosovado. Pour certains de ses membres, celui qui se faisait appeler ‘’le général de rue‘’ « paie » pour « le massacre » de « dizaines de personnes ». Pour son cas, la justice doit être effectivement autonome, souhaitent-ils, soucieux de voir son cas réglé dans le temple de Thémis. De là à dire qu’ils sont opposés à sa libération, il n’y a qu’un pas que d’autres débatteurs ont vite fait de franchir, appelant de tous leurs vœux à la fermeté du tribunal. Ils encouragent par conséquent l’appareil judiciaire ivoirien à accélérer la procédure qui le concerne, de même que celle liée aux dossiers relatifs à la crise postélectorale. La réforme de Commission électorale indépendante (Cei) intéresse aussi cette association. Pour ceux de ses adhérents qui suivent l’actualité concernant cette institution, sa recomposition doit se faire dans la transparence. Une recomposition étriquée fausserait à la base le processus électoral et engendrerait une autre crise, selon eux. Notons qu’ils ont encouragé le gouvernement à mettre les bouchées doubles aussi dans la réalisation de cet autre chantier important.



DL (stagiaire)

Comment

 Commentaires



Comment